Le pavillon rouge
de Robert van Gulik

critiqué par Koolasuchus, le 17 avril 2017
(Laon - 28 ans)


La note:  étoiles
La cruelle courtisane
Alors qu'il est en chemin pour retourner dans son district, le Juge Ti s'arrête pour la nuit dans l'île du Paradis, une ville dédiée aux loisirs et aux plaisirs. Mais les hôtels sont complets suite aux festivités se déroulant pour la fête des Morts et la seule chambre que l'on peut offrir au juge est une suite connue sous le nom de « Pavillon Rouge ». Le magistrat va découvrir que si elle était libre c'est parce qu'un jeune académicien s'y est suicidé quelques jours avant. Sans le vouloir forcément, le Juge Ti se voit contraint d'enquêter sur cet événement, de plus une deuxième mort va survenir dans la chambre et notre héros va découvrir qu'un autre suicide y a eu lieu une trentaine d'années auparavant. Il faudra donc à Ti toute sa sagacité pour percer les mystères du Pavillon Rouge et découvrir que l'île du Paradis n'est peut être pas aussi paradisiaque qu'il n'y paraît.

Le Juge Ti étant un personnage plutôt austère il n'est donc pas vraiment dans son élément dans une ville où l'atmosphère est beaucoup trop frivole et luxueuse pour lui mais cela permet de montrer une facette très joyeuse de la Chine ancienne. Comme d'habitude avec les romans de Van Gulik je n'ai eu aucun problème à m'immerger dans le récit grâce à des descriptions plutôt nombreuses et qui pourtant n'alourdissent pas le récit mais également avec une galerie de personnages variés et aux caractères bien trempés à l'image notamment du Crabe et de la Crevette, deux hommes de main du gouverneur et qui sont vraiment excellents. Du côté de l'intrigue policière, elle réserve quelques surprises de taille et on avance à un bon rythme, je n'ai pas vu les pages défiler même si la fin manquait d'un peu de tonus, je m'attendais à quelque chose d'un peu plus dynamique, malgré cela elle reste tout de même correcte.

J'ai donc encore passé un agréable moment avec le juge, c'est dépaysant, bien écrit et on apprend toujours quelques petits éléments de civilisation intéressants sur la Chine du VIIème siècle. Je ne suis donc jamais déçu quand je me plonge dans une de ses enquêtes et ce fut encore le cas ici.