Un million d'éléphants
de Jean-Luc Cornette (Scénario), Vanyda (Scénario et dessin)

critiqué par Nathavh, le 16 avril 2017
( - 53 ans)


La note:  étoiles
Au pays des Hmongs
Le royaume d'un million d'éléphants est le nom ancien du Laos. C'est là que Jean-Luc Cornette et Vanyda nous emmènent aujourd'hui. Un voyage dans le temps et dans l'espace car c'est quatre-vingt années de l'histoire d'une famille qui nous sont contées. C'est aussi l'Histoire du pays avec un grand H.

Un roman graphique qui s'adresse à un lecteur attentif car il est vrai que la lecture n'est pas simple, les personnages et lieux multiples demandent vraiment beaucoup d'attention. Il faut prendre le temps pour la lecture, se poser.

Les paysages sont magnifiques et nous font revivre culture et traditions ancestrales.

Cette histoire en fait, c'est l'histoire de la famille de Vanyda, et en parallèle celle d'un ami Hmong issu des minorités montagnardes dont ni les droits, ni l'identité ne sont reconnus. Cela poussera beaucoup de laotiens à l'exil en France ou ailleurs, un peuple déraciné, à la recherche de leur place dans la société.

On nous conte principalement l’avènement du communisme et l'importance de la religion et des superstitions.

Cela commence en 1935, Visaray voit son père mourir pris à son propre piège à tigres. En 1943, Visaray portera l'uniforme du bataillon des chasseurs laotiens. A Luang Prabang, il joue d'un instrument de musique - un so i - et deviendra musicien de la garde royale. Il épousera Phangsali, cuisinière au Palais Royal. Nous sommes en pleine guerre d'Indochine. Le roi Sisavang décédera en 1954, laissant la place à son fils Savang Vattara. Entre-temps se déroulera la bataille de Diem Bien Phu en 1954.

Le 2 décembre 1975 , le Pathet Lao (parti communiste) renversera le roi et prendra le pouvoir. Un communisme bien accueilli au départ car source d'espoir, imposera bien vite la dictature.

Un graphisme très plaisant, des paysages magnifiques. Un roman graphique très instructif.

Ma note : 7.5/10