Fruits Basket, tome 16
de Natsuki Takaya

critiqué par Koolasuchus, le 21 mars 2017
(Laon - 28 ans)


La note:  étoiles
Histoire d'amour et de deuil
Comme pour le précédent, la plus grande partie de ce tome va être consacré à un flash-back, mais cette fois-ci ce n'est pas un membre de la famille Soma qui va être mis à l'honneur mais les parents de Torhu. En effet nous allons enfin savoir dans quelles circonstances ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux l'un de l'autre mais également comment la mère de Torhu a dû surmonter la perte de son mari. Encore une fois nous avons droit à une histoire qui fait pleurer dans les chaumières car l'auteur sait tirer sur la corde sensible, mais ce qui ne l'empêche pas d'être également très belle. Cela permet également de voir enfin le père de Torhu et d'en apprendre plus sur lui car les quelques informations que l'on connaissait sur cette personne étaient bien minces. Le mystère est ainsi levé et l'on ne peut vraiment que regretter sa mort, non seulement pour Torhu mais également parce que c'est vraiment un très bon personnage, formant avec la mère de Torhu un très joli couple.

Après toutes ces émotions le tome se termine par deux chapitres indépendants. Le premier est centré sur le personnage de Machi, jeune fille renfermée sur elle-même qui fait partie du comité de l'association des élèves dont Yuki est le président. Même si il permet enfin à Machi d'être sur le devant de la scène j'ai trouvé qu'il en disait au final trop peu et laisse un petit goût d'insatisfaction car la jeune fille semble cacher beaucoup de secrets. Le deuxième par contre est vraiment très intéressant, c'est le nouvel an et tout le monde se prépare pour le fêter. La tradition veut que dans la famille Soma les « douze » se retrouvent pour le passer ensemble, Torhu et Kyo le font donc chez le père adoptif de ce dernier tandis que Yuki va profiter de la situation pour faire un aveu à Akito et cela ne sera pas sans conséquence. C'est le seul chapitre du tome faisant réellement avancer l'intrigue principale car cela faisait un moment qu'elle était en pause c'est donc une très bonne chose. De plus il me semble que c'est également le tout premier chapitre dans lequel tous les membres maudits de la famille Soma font leur apparition, petit bonus fort appréciable, même si évidemment plusieurs n'interviennent que très peu.

Il est donc vrai que le récit principal ne progresse pas beaucoup, l'auteur aime d'ailleurs jouer sur la frustration car elle nous donne plusieurs éléments encore sibyllins mais dont on se doute qu'ils auront de l'importance mais plus tard. Cela n'en est pas moins un très bon tome, très triste certes mais également très émouvant comme Natsuki Takaya sait si bien le faire.