Dans les griffes de la Ligue
de Jean d' Aillon

critiqué par Jfp, le 5 mars 2017
(Yerres (Essonne) - 69 ans)


La note:  étoiles
le béarnais
Une chevauchée pleine de surprises et de rebondissements, au cœur de la mêlée qui opposa Henri de Navarre, le futur Henri IV, aux troupes liguées contre l'héritier légitime de la couronne de France. Bien documenté, mariant personnages réels et imaginaires (Olivier Hauteville, chevalier de la Fleur-de-Lys, Nicolas Poulain, Eustache de Cubzac et quelques autres), ce roman historique haut en couleurs représente ce qui se fait de mieux dans le genre. Guerres et intrigues ne cessent de se croiser, la religion n'étant, hier comme aujourd'hui, qu'un prétexte à se hisser vers le pouvoir. Paris a pris fait et cause pour le camp catholique, profondément divisé mais allié pour l'occasion contre le camp protestant, et Navarre va avoir bien du mal à se faire admettre comme roi après l'assassinat de son cousin Henri III, excommunié comme " bougre ", en raison de son attrait (avéré ou supposé ?) pour les personnes de son sexe. Le siège de Paris par les troupes rassemblées autour d'Henri de Navarre représente le point fort du récit, mais l'auteur a également brodé sur les rumeurs ayant tourné autour de Jacques Clément, le moine censé avoir poignardé Henri III, et sur la vie amoureuse de la belle Gabrielle d'Estrées, qui a failli devenir reine de France. L'auteur connait sur le bout des ongles son histoire de France, sans oublier pour autant d'appâter le lecteur avec quelques scènes de bravoure, sur les champs de bataille ou à la recherche de mystérieux souterrains, et sans jamais s'écarter de la vraisemblance. Une réussite…