Nelson - tome 12 - Forcémént coupable
de Bertschy

critiqué par Septularisen, le 30 janvier 2017
(Luxembourg - 50 ans)


La note:  étoiles
CATASTROPHE ORANGE!
Savez-vous ce qu’est une partie de «Scrabblinton»? (1) Ou bien ce qu’est un airbag «à la menthe»? (2) Et pourquoi Nelson se réjouit du fait que Julie, afin de payer ses factures, doit prendre un deuxième travail ? (3).

Toutes ces bêtises, et bien d’autres encore, je vous rassure tout de suite, sont à retrouver dans le tome 12, des «aventures» de Nelson, qui n’est jamais aussi fidèle à lui-même, que quand il s’agit de pourrir la vie de ceux qui l’entourent, notamment comme toujours Julie (qui l’héberge chez elle…) et Floyd son labrador pas très futé!...

Le fil rouge de cette nouvelle aventure de «Nelson» est Dolorès, la jeune sœur gothique de Julie. Celle-ci accepte en effet de l’héberger quelques temps chez elle, en compagnie de Mike son fiancé. Cela ne se passe bien sûr pas sans quelques «accrocs», puisque en plus de la «ménagerie» de Dolorès (rats, pythons et autres lézards…), qu’il faut aussi héberger, il y a le fameux… Mike!
Musicien punk fauché, celui-ci est le batteur du groupe «Bloody dead skull» et n’a rien trouvé d’autre à faire que de répéter dans l’appartement de Julie… Pour le plus «grand bonheur» de son voisin!...
Mike ne tarde pas à devenir le «modèle» de Nelson qui voudrait vivre comme lui. En effet, en dehors de ses répétitions, celui-ci se lève à 18h00, regarde la télé de 18h30 à 07h00 du matin et retourne se coucher… Nelson a alors la mauvaise idée de dire au voisin de Julie, que celui-ci est son fiancé…

A noter qu’à la fin de l’album, nous verrons Dolorès enceinte et au dernier strip de la dernière page, nous verrons apparaître le personnage d’Agathe, la fille de celle-ci. Le groupe de Mike étant parti en tournée à l’étranger pour six mois et Dolorès l’accompagnant, celle-ci confie le bébé a sa grande sœur… Agathe deviendra ensuite l’héroïne du tome 13 des aventures de Nelson : « Mini cataclysme » (Déjà critiqué par ailleurs sur CL).

(1) Un jeu inventé par Nelson qui consiste à envoyer des lettres de Scrabble le plus loin possible par la fenêtre au moyen d’une raquette de Badminton, Pg. 24 ; (2) Une gigantesque bulle de chewing-gum que Nelson se fait un plaisir de faire éclater durant l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire de Julie provoquant ainsi son 13ème échec! Pg. 40 ; Parce qu'elle a trouvé du travail dans un fast-food et qu’il peut dès lors se goinfrer de hamburgers (3) Pg 29.

Rappelons que le personnage de «Nelson» ayant été au départ créé en février 2001, par le suisse Christophe BERTSCHY (*1970), pour paraître dans le quotidien de Lausanne «Le Matin», ses gags se composent toujours de strips de une à quatre cases. Il n’y a donc pas lieu ici, de parler des découpages de cette BD (puisque ce sont toujours les mêmes). Les dessins et couleurs sont aussi ici «secondaires», - il n’y a quasiment pas de décor, et l’arrière-plan est généralement d’une seule couleur neutre-, puisque l’accent est surtout mis sur le scénario et le gag en lui-même! Les dessins et les couleurs sont entièrement réalisés de manière électronique, à l’ordinateur, en utilisant la technique dite du « dessin vectoriel ».