Napoléon T03 La conquète Lombarde
de André Osi

critiqué par Septularisen, le 2 janvier 2017
(Luxembourg - 50 ans)


La note:  étoiles
LA CAMPAGNE D’ITALIE
Ce troisième volume de la biographie en BD de Napoléon couvre la période du 30 ventôse (20 mars) au 26 floréal de l’an IV (15 mai 1796)

Après son mariage avec Joséphine, Napoléon a rejoint son armée à Nice, dans le but de l’emmener en Italie combattre l’armée autrichienne. Il y découvre des soldats dépourvus du minimum d'équipement nécessaire à l'entrée en campagne d'une armée digne de ce nom. Sans chaussures, sans vêtements, sans uniformes, sans armes et surtout sans son arme de prédilection, les canons…
C'est pourtant en réussissant à galvaniser cette armée fantoche qu'il va « voler » successivement de victoire en victoire et battre successivement les Piémontais et les Autrichiens. Il imposera ensuite aux premiers un armistice sans gloire, et repoussera les seconds jusqu'à la frontière italo-autrichienne.
Au cours de cette première partie de la campagne d'Italie, tout le génie du jeune général lui permet de terrasser à de nombreuses reprises un ennemi, -composé en véritable armée disciplinée - pourtant bien supérieur en nombre et parfaitement équipé. Le général corse a définitivement acquis le respect et l'admiration de ses hommes, et suscite désormais la crainte des armées adverses.

L'’histoire est toujours très linéaire et forcément connue d’avance. Le scénario est donc toujours sans surprise. Les phylactères racontent donc l’histoire en elle-même, en détail, et avec force de dates.
Les dessins sont toujours de bonne qualité, surtout les uniformes, très réussis. Les scènes de bataille, sont aussi très réussies et représentées et de façon très dynamique.

Encore une fois le belge André OSI utilise la technique très originale pour le découpage de cette BD, qui consiste à mettre des cases qui sont comme des inclusions dans fond juste en dessous pour montrer le déroulement de l’histoire, ici p. ex. Pgs.36-37 et qui sert à dynamiser le déroulement de la bataille.

Cette technique est très ici intéressante quand elle est utilisée p. ex. pour exposer la biographie du personnage principal, qui est présenté en premier plan. Cette technique permet de faire ressortir le personnage en question (souvent Napoléon d’ailleurs…) comme en relief 3D par rapport au fond.

Comme dans les volumes précédents on est surpris par la précision des détails donnés par l’auteur. On apprendra ainsi p. ex. que c’est Napoléon lui-même qui dicta la réponse de sa mère, Letizia, à une lettre de son épouse Joséphine, qu’il avait aussi dicté d’ailleurs…

Comme pour les volumes précédents, une très bonne biographie adaptée en BD, qui ravira les amateurs du genre.