Louis XV
de Jean-Christian Petitfils

critiqué par Cédelor, le 30 décembre 2016
(Paris - 47 ans)


La note:  étoiles
Retracer l’histoire de Louis XV au plus près de sa vérité, une tâche réussie
Retracer l’histoire de Louis XV au plus près de sa vérité, voilà la tâche que s’est assigné l’auteur de cette biographie monumentale. Autant dire qu’elle m’a semblé particulièrement réussie. Que connaît-on vraiment de son histoire ? Pour ma part, sa figure m’était particulièrement obscure, hors quelques notions scolaires et autres images vagues. Je me souviens par exemple d’un film sur Louis XVI, où il était dit que le règne (de 59 ans !) de son prédécesseur Louis XV n’a été « qu’une longue nostalgie du règne grandiose du Grand Roi Louis XIV ». C’est à peu près tout, en plus de savoir qu’il a eu un Premier Ministre qui a gouverné jusqu’en 1743, le cardinal de Fleury, puis qu’il a régné seul. Pas grand-chose, vous en conviendrez. Louis XV apparaît très méconnu, coincé qu’il était entre son prédécesseur, le trop célèbre et brillant Louis XIV (son arrière-grand-père) et son successeur le trop célèbre et malheureux Louis XVI (son petit-fils). Entre ces deux rois dont les vies ont toujours été très abondamment rapportées et commentées, encore maintenant, Louis XV semble presque n’avoir pas existé, réduit à un simple chiffre qui fait maillon pour passer du numéro 14 au numéro 16, jugés plus importants ou intéressants. Du moins, tel était mon sentiment.

Alors, quand j’ai vu ce livre bien en évidence à la médiathèque de mon travail, je me suis dit qu’il serait intéressant de le lire pour mieux connaître ce roi de France. De plus, après quelques vérifications sur internet, il m’est apparu que l’auteur de cette biographie, Jean-Christian Petitfils est un biographe et historien sérieux qui n’en était pas à son coup d’essai et avait déjà publié des ouvrages reconnus sur Louis XIV et Louis XVI justement, et d’autres sur Louis XIII, Henri IV, Jésus, etc. et est spécialiste renommé de l’Ancien Régime. Cela m’a encouragé à l’emprunter, malgré son épaisseur conséquente, et 3 semaines plus tard, j’ai pu le rendre, très satisfait de cette lecture particulièrement instructive et intéressante !

Cela m’a éclairé sur cette époque, celle du 18ème siècle, des Lumières (qui n’était pas Lumière pour tout le monde) et de Louis XV qui en aura été le souverain régnant pour sa plus grande partie, 59 années, de 1715, année de son avènement (à 5 ans !) à sa mort en 1774. J’aurai donc appris quelle fut sa vie, son enfance (la difficile solitude d'un enfant royal, entouré entre autres du Régent duc d’Orléans, du maréchal de Villeroy, de Mme de Ventadour,…) ses amours (Mme de Châteauroux, Mme de Pompadour, Mme du Barry, …), sa famille (son épouse Marie Lesczynska et ses 10 enfants), son entourage politique (le cardinal de Fleury, le prince de Conti, ses ministres Machault, Maupeou, d’Argenson, Choiseul,…), ses généraux et maréchaux (Saxe, Belle-Isle, Broglie, Villars,…), ses guerres (Fontenoy, la guerre de Sept ans, la guerre de Succession d’Autriche,…), ses colonies (Canada, Amérique, Antilles, Inde,…), les royaumes de l’Europe d’alors et leurs souverains (Georges II et III d’Angleterre, Philippe V d’Espagne, Marie-Thérèse d’Autriche, Frédéric II de Prusse,…), la situation interne au royaume de France (politique, économie, démographie, découvertes scientifiques, philosophie, les jansénistes, …) et ses événements (affaire des enfants enlevés, affaire de billets de confession, affaire des convulsionnaires, révolte des Parlements,…), et quelle fut sa mort.

Et bien d’autres choses encore ! C’est dense, exhaustif et synthétique à la fois, clair, facile à lire, les chapitres bien découpés par thèmes généraux tout en respectant la chronologie. On sent tout le travail de recherche derrière, qui n’est pas rien, et qui nous est restitué avec clarté, rigueur, sérieux, sans nous noyer dans trop de détails. Du très beau travail, en somme, avec des souriantes petites touches subjectives où l’auteur nous fait sentir sa tendresse pour ce roi injustement Mal-Aimé et qui selon lui ne mérite aucunement ce jugement si sévère que la postérité lui a réservé. C’est en quelque sorte à une réhabilitation que Jean-Christian Petitfils nous convie ici, et que je trouve très convaincante pour ma part. Une biographie qui devrait s’imposer sans surprise comme une référence en la matière.