Le maître des illusions de Donna Tartt

Le maître des illusions de Donna Tartt
( The secret history)

Catégorie(s) : Littérature => Policiers et thrillers , Littérature => Anglophone

Critiqué par Pendragon, le 14 février 2001 (Liernu, Inscrit le 26 janvier 2001, 49 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 38 avis)
Cote pondérée : 7 étoiles (970ème position).
Discussion(s) : 1 (Voir »)
Visites : 14 929  (depuis Novembre 2007)

Un chef-d'œuvre

Voilà un roman qui vaut certainement le détour...
L'auteur, qui a mis 10 ans pour écrire son livre, est une amie de Bret Easton Ellis (American Psycho), cela vous donne déjà une idée de l'ambiance du livre.
Cela dit, nous ne retrouvons pas ici l'univers noir et pervers d'Ellis, non, il s'agirait plutôt d'une sphère opaque de perversité humaine dans laquelle naviguent orgueil, passion, jalousie et. folie.
L'histoire ? De jeunes étudiants en langues anciennes aiment à faire revivre les anciens mythes païens ; ils aiment aussi se croire supérieurs, ils aiment prouver qu'ils sont au-delà des autres. Le narrateur est l'un d'eux. Arrivé par hasard dans ce groupe, il se trouve confronté à des situations qui le dépassent, mais dans lesquelles, malgré tout, il aime nager. Jusqu'au basculement !
Un chef-d’oeuvre de psychologie, d'une justesse qui n'a d'égal que la qualité de l'écriture et l'érudition de l'auteur. À lire !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Le maître des illusions [Texte imprimé] Donna Tartt trad. de l'américain par Pierre Alien
    de Tartt, Donna Alien, Pierre (Traducteur)
    Pocket / Presses pocket (Paris).
    ISBN : 9782266061568 ; EUR 6,86 ; 01/01/1994 ; 706 p. ; Poche
  • Le maître des illusions [Texte imprimé] Donna Tartt trad. de l'anglais (États-Unis) par Pierre Alien
    de Tartt, Donna Alien, Pierre (Traducteur)
    Éd. France loisirs
    ISBN : 9782724276886 ; 98 F ; 01/01/1993 ; 706 p. ; Unknown Binding
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Dramatique et psychologique

8 étoiles

Critique de CC.RIDER (, Inscrit le 31 octobre 2005, 62 ans) - 23 juin 2020

Issu d’un milieu modeste, Richard Papen quitte sa petite ville de Californie pour intégrer l’université de Hampden dans le Vermont. Il y fait la connaissance d’un petit groupe d’étudiants issus de milieux plus privilégiés. Henry et Bunny font figure de meneurs, Francis, Camilla et Charles, les deux jumeaux, celle de suiveurs. Ils se livrent à toutes sortes de défis dont une bacchanale au cours de laquelle, sous l’influence de l’alcool et de diverses substances prohibées, ils assassinent plus ou moins accidentellement un paysan du coin qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment. N’y ayant pas participé, Richard, mis dans la confidence, se retrouve complice du groupe sans vraiment le vouloir. Lequel commence à perdre confiance dans l’un des leurs, Bunny. Pour éviter qu’il ne les dénonce d’une manière ou d’une autre, ils se retrouvent dans l’obligation de devoir le supprimer. Mais comment faire pour que ce nouvel assassinat passe pour un accident ?
« Le maître des illusions » est un roman fleuve (plus de 700 pages) aussi dramatique que psychologique. L’intrigue est simple et digne des grandes tragédies grecques dont elle s’inspire d’ailleurs ouvertement. Ces étudiants de lettres classiques sont fascinés par les coutumes et la philosophie grecques au point de vouloir les imiter principalement dans leurs dérives. Le peu d’épaisseur du sujet est compensé par un style de narration qu’on pourrait qualifier de maximaliste (par opposition au minimalisme qui tente d’en dire un maximum avec un minimum de mots). Le style littéraire de Tartt est pointilliste, repose sur une accumulation de détails plus ou moins importants voire révélateurs. Malgré une certaine lenteur, lourdeur et une impression de pléthore descriptive, (il faut attendre 200 pages pour entrer dans le vif du sujet !) le lecteur s’attache néanmoins au destin de cette bande d’étudiants arrogants et/ou paumés sur laquelle une sorte de « fatum » s’acharne. Ouvrage qui fait réfléchir sur l’illusion de la complicité, le poids de la culpabilité et la réalité d’une sorte de justice immanente. Il y a quelque chose de Dostoïevski chez Tartt.

Une certaine désillusion …

6 étoiles

Critique de Ori (Kraainem, Inscrit le 27 décembre 2004, 84 ans) - 18 juillet 2017

Que voici une belle analyse d’un milieu universitaire de la Nouvelle Angleterre (Vermont) évoluant dans la seconde moitié du 20è S.

De nombreux événements ponctuent ce roman dont on parcourt sans le moindre ennui les 790 pages qui le constituent. Il met en scène un petit groupe de 5 à 6 étudiants inséparables, épris de grec ancien, mais également de saouleries grandioses et régulières.

Arrivant de sa Californie lointaine, le narrateur issu d’une famille modeste, parvient à intégrer sans peine ce groupe de jeunes bourgeois friqués, lesquels ne dédaignent pas de consommer, outre l’alcool, la multitude de substances illicites qui circulent intra-muros avec une surprenante facilité.

Même si l’ouvrage se lit avec un intérêt rarement démenti, j’ai vainement cherché une quelconque adéquation entre le titre (ou la quatrième de couverture) et le sujet lui-même. Quant à la conclusion, elle ne m’a pas semblé à la hauteur des attentes que le déroulement du roman pouvait laisser pressentir.

D’où ma désillusion, malgré une intéressante observation sociologique qui fait la trame de cet opus.

Ils étaient six !

8 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 60 ans) - 8 mai 2015

Ils étaient six : Francis, Henry, Charles, Camillia, Bunny et le narrateur, Richard.
Etudiants d'une petite université, dans la section du grec ancien, classe sous la direction de Julian, qui n'est composé que de six élèves.
Julian dira : "Soyez tous prêts à quitter le monde phénoménal pour entrer dans le sublime". Julian était un conteur magique qui tenait son auditoire.
Question de monde phénoménal, le groupe erre dans un crépuscule perpétuel. L'univers de Kerouac, l'alcool, les substances qui donnent une vie ouatée.
Mais, "dure est la beauté"... tout a un prix et les aubes sont navrantes.

Un roman difficile !

Coup de coeur

9 étoiles

Critique de Vigneric (, Inscrit le 26 janvier 2009, 51 ans) - 16 avril 2015

Je l'ai fini hier, et je pense que je vais avoir du mal à passer à autre chose.... Je suis totalement rentré dans l'histoire et j'ai l'impression que les personnages qui m'ont accompagné pendant 2 semaines ne me quitteront plus.

Un vrai coup de cœur.

très bon livre

8 étoiles

Critique de Cédelor (Paris, Inscrit le 5 février 2010, 48 ans) - 27 février 2014

Ce que je pourrai dire du « Maître des illusions » de Donna Tartt, lecture terminée il y a quelques jours :

- Le livre est long et plutôt lent, ça n’est pas très animé
- Mais l’histoire qu’il raconte est prenante et intéressante
- Il m’a donné toujours envie de le lire, de le continuer jusqu’à la fin
- Et à la fin, après l’avoir terminé, j’en étais content, bien sûr
- Mais en même temps, il m’a donné du regret, le fait de l’avoir terminé
- Car l’histoire racontée est longue avec peu d’action
- Et il n’y a pas beaucoup de suspense, pour un thriller, c’est vrai
- Mais je pense que le propos de l’auteur n’était pas là, selon moi
- Ce qui l’a intéressée (et m’a intéressé, moi), c’est de décrire ce qui se passe pour des personnages placés dans une situation extrême et voir comment ils évoluent avant et après
- C’est donc une analyse psychologique
- c’est l’histoire secrète racontée du point de vue d’un des protagonistes impliqués dans cette situation extrême
- Ce point de vue, qui embrasse le sien et celui des autres, surtout de ses camarades, montre toute la densité des émotions et des réflexions que le fait de vivre cette situation extrême induit
- C’est aussi une recherche du narrateur pour la vérité des faits et des relations qu’il tient avec ses autres camarades du cours de grec et entre eux
- Il n’y a donc pas de dénouement surprise, ni de mystère inattendu dévoilé à la fin
- D’ailleurs, la mort de Bunny est annoncée dès l’introduction du roman, ce qui n’est donc pas un hasard, et résulte d’un choix délibéré de ne pas faire un roman à suspense
- C’est en cela que le titre français « Le maître des illusions » est trompeur car il induit l’idée de conspiration, de manipulation, de ficelles tirés dans l’ombre, etc…
- Le titre américain « The secret history » est plus juste et colle mieux à la teneur de l’histoire
- Le point fort du livre est donc les jeunes étudiants du cours de grec et leur réaction et évolution psychologique et émotionnelle face à une situation peu banale, un meurtre puis un second
- Les « longueurs » du livre participent en fait à la construction et à la connaissance des personnages, permettant au lecteur de plus en plus les apprécier et les aimer, malgré les crimes qu’ils ont commis
- Quant à « l’érudition » dont sont censés faire preuve les étudiants, érudits ils le sont sûrement, mais l’auteure a fait le choix de ne pas les faire montre de toute l’étendue de leur science supposée du grec ancien
- Ce qui fait que le niveau qui en a été démontré, par ci et par là, laisse deviner que l’auteure en connaît un bout elle-même mais a estimé que trop de connaissances du monde antique grec qui auraient parsemé le livre auraient nui à l’histoire, et ce serait prendre le risque d’une certaine pédanterie, qui n’est pas le propos principal de l’intrigue
- Donc question érudition, certains peuvent peut-être le regretter, mais elle reste plutôt faible et, ce, d’un choix délibéré
- Ce qui m’a le plus intrigué, et m’a semblé artificiel, c’est que les jeunes semblent passer tout leur temps en beuveries, ivresses, drogues de toutes sortes
- On se demande dans ces conditions comment ils arrivent à poursuivre leurs études de façon sérieuse, surtout pour une matière comme le grec ancien (auquel je ne connais rien moi-même, il est vrai)
- À part cela, le livre sait installer une ambiance particulière, propre à l’histoire qu’il raconte
- Les phénomènes de la nature y ont bonne place, le vent, la pluie, la neige, le brouillard, le soleil, les arbres et les feuilles des arbres, le froid, le chaud
- Avec un zeste de surnaturel, vers la fin, avec le fantôme d’Henri qui apparait à Richard, à Francis, et le rêve que fait Richard, tout à la fin, une scène fantastique
- En gros, un gros bouquin, qui m’a beaucoup plu et que j’ai beaucoup aimé, mais aussi par certains côtés, en deçà de ce je ne sais quoi auquel j’aurais pu m’attendre
- Mais les attentes sont trompeuses, et peuvent dénaturer la perception objective de ce que le livre avait pour objectif de montrer
- Je ne le classerai donc pas parmi les chefs d’œuvres, et ne l’emporterai pas sur une île déserte
- Mais il est indéniable que « Le maître des illusions » mériterait d’être relu (ce que je ne ferai pas, ayant bien trop d’autres romans intéressants à lire !)
- Il aura quand même été pour moi un très bon moment de lecture
- Rien que le fait de m’être attaché à ses personnages, et qu’après avoir lu la dernière page, sentir une certaine tristesse à l’idée de ne plus les voir, qu’ils ne m’accompagneront plus dans mes journées, reste la marque, pour moi, d’un roman qui compte et a compté
- Je dis bravo à Donna Tartt d’avoir pu élaborer une telle somme, avec finesse, prose, patience, et d’y avoir donné un tel intérêt pour un lecteur comme moi.

"Devoir, piété, loyauté, sacrifice."

9 étoiles

Critique de Oburoni (Waltham Cross, Inscrit le 14 septembre 2008, 37 ans) - 15 avril 2012

Autant le dire tout de suite : j'ai adoré.

Partant de jeunes marginaux adeptes de philosophie païenne et dont une bacchanale va virer au drame, Donna Tartt nous plonge dans les tréfonds les plus glacials de la psychologie humaine (violence, trahison, manipulation). De l'orgueil d'une bande de gamins se croyant supérieurs pour avoir lu une poignée de classiques aux scènes de beuveries, la drogue et le sexe typique de la vie de campus, elle a aussi le talent culotté de teinter son histoire d'humour grinçant, se moquant au passage du monde estudiantin.

"Le Maitre des Illusions", tragi-comédie où Euripide croise une jeunesse fumeuse de beu est en effet tout à la fois violent, pathétique et drôle.

L'ambiance, l'érudition, la froideur du style, le suspense et jusqu'à la fin, surprenante et renversante : ce livre se lit d'une traite. Un régal.

Illusions perdues !

2 étoiles

Critique de Monde imaginaire (Bourg La Reine, Inscrite le 6 octobre 2011, 47 ans) - 2 décembre 2011

Enorme déception car après le battage médiatique et les excellentes critiques qui entouraient ce livre (dont celle de Stephen King en personne) je m’attendais à découvrir un chef d’œuvre … mais alors qu’est-ce qu’on s’ENNUIE, il ne se passe RIEN, c’est long et très souvent redondant, c’est mou, un vrai pétard mouillé …
On attend en vain, un rebondissement qui relancerait l’intrigue mais qui n’arrive malheureusement jamais.
Au final je me suis prodigieusement ennuyée… et j’y ai laissé beaucoup d’illusions …

Une atmosphère saisissante

7 étoiles

Critique de Mouderare (, Inscrit le 4 août 2011, 36 ans) - 14 septembre 2011

L'auteur nous dépeint au travers du narrateur un portrait d'une partie de la bourgeoisie américaine des années 90.
Le rythme est lent mais paradoxalement on est happé par cette intrigue mêlant meurtre, trahison, alcool, érudition...
Le livre souffre cependant d'arythmie, il y a des passages où l'envie de tourner la page pour connaitre la suite est omniprésente, à d'autres moments on s'ennuie de la même manière que le narrateur.

Un avis global très positif.

Il manque un truc

7 étoiles

Critique de Florian1981 (, Inscrit le 22 octobre 2010, 38 ans) - 6 décembre 2010

Assurément un bon livre, une histoire palpitante, un groupe d'élèves bien mystérieux, un meurtre devenu inéluctable, de la tension psychologique, des personnages qui craquent... Tous les ingrédients semblaient être réunis... Et pourtant j'ai l'impression qu'il manque quelque chose, je ne saurai pas dire quoi mais ce petit rien me fait dire que ce livre est un très bon livre mais pas un chef d'oeuvre!
C'est vraiment frustrant, je pense qu'il ne manque pas grand chose mais ce petit rien fait toute la différence!

Lent dans sa deuxième partie

7 étoiles

Critique de Manumanu55 (Bruxelles, Inscrit le 17 février 2005, 41 ans) - 8 juin 2010

Ce roman est vraiment imposant, implacable. La mise en place est somptueuse, les relations entre les six (et également avec Julian) vaut vraiment son pesant d’or.
Mais à la moitié du roman, après « l’acte », tout va petit à petit se désintégrer, entre culpabilité, évolution, spiritisme et vraies/fausses amitiés. Et çà se ressent également dans l’écriture qui perd de son emprise sur le lecteur et de son liant.
Donc roman assez intéressant, surtout pour sa première moitié, que, malgré sa suite moins fine, l’on ne souhaite absolument pas lâcher avant la fin, pour enfin tout saisir.

Un bon souvenir!

8 étoiles

Critique de Valeriem (, Inscrite le 21 mars 2010, 45 ans) - 23 mars 2010

En fouillant sur le site, je suis tombée sur ce livre que j'ai lu il y a quelques années. L'ouvrage m'avait beaucoup marquée. Quelques lecteurs lui reprochent sa lenteur. C'est vrai, mais je la trouve à dessein, car elle permet de comprendre le mécanisme par lequel le héros s'enfonce progressivement dans sa solitude jusqu'à perdre le contact avec la réalité. Je me souviens d'un passage terrible où il souffre du froid. Je retiens aussi de ce livre la torpeur des bibliothèques universitaires. Bref, un bon souvenir!

Ambiance,suspense...

10 étoiles

Critique de Pat (PARIS, Inscrit le 21 mars 2010, 56 ans) - 21 mars 2010

La rencontre d'étudiants dans une université du Vermont. Un meurtre va bouleverser leur vies. L'ambiance est bien restituée, nous avons l'impression d'être avec eux durant cette année d'étude. Il m'est difficile d'en dire davantage sans trahir le suspense, personnellement j'ai apprécié ce livre. Une fois terminé, les personnages me manquaient déjà. Je le garde de côté, peut-être le relirai-je un jour. En tout les cas, j'ose le recommander à tous.

Je cherche toujours un intérêt pour ce livre !

5 étoiles

Critique de Bobo (, Inscrit le 10 décembre 2009, 61 ans) - 10 décembre 2009

Bonjour,

Ouf j'ai bientôt terminé sa lecture. C'est vrai que je n'aime pas abandonner un livre mais dans ce cas je me suis bien forcé pour le continuer.
Je ne comprends toujours pas l'intérêt pour l'histoire.
une bande de jeunes étudiants aimant le grec ancien du coup ils assassinent un paysan ! Ha bon, pourquoi ?
Ils pratiquent des rites sataniques, ha bon où ça ?

Tout est prévisible et puis cela n'avance pas et 700 pages c'est lonnnnnnnnnnnnng.

Ha si j'ai appris quelque chose, que les étudiants en Grec Ancien étaient alcooliques.

Une bonne idée un peu gâchée

6 étoiles

Critique de Loic3544 (Liffré (35), Inscrit le 1 décembre 2007, 42 ans) - 8 mai 2009

Un roman plutôt original dans sa forme : on sait dès le début qu'il y aura un meurtre. Ce meurtre intervient, ensuite, au milieu du roman : la première moitié met les personnages en place et tente d'expliquer pourquoi le meurtre. La deuxième moitié montre la réaction des meurtriers. Le truc, c'est que tout le bouquin se passe du côté des meurtriers, qu'on les comprend et qu'on en arrive presque à être d'accord avec eux. Le livre est plutôt bien écrit et se lit facilement, avec un style qui correspond assez bien aux personnages. Cependant, vu le sujet, on s'attend à un traitement de la psychologie des personnages, de leurs réactions, de leurs changements de comportements entre avant et après le meurtre. Or, l'auteur effleure le sujet mais, à mon avis, ne va pas assez loin et se perd en anecdotes inutiles revenant à la mémoire du narrateur. On a parfois l'impression qu'elle ne sait pas trop où elle va avant d'accélérer le rythme de son bouquin sur les 100 dernières pages pour une fin qui ne parait pas des plus probables au vu de ce qu'elle nous a montré de la psychologie de ses personnages.
Dommage, il y avait vraiment de quoi faire quelque chose de très bon.

En VO

6 étoiles

Critique de Lafab (, Inscrite le 5 mai 2009, 53 ans) - 7 mai 2009

Je viens de terminer "Le maître des illusions", un vrai bon suspens m'a fait tenir bon, parce que la traduction en français est particulièrement médiocre.C'est vraiment dommage parce que 700 pages en anglais, bon courage. J'ai vraiment envie de lire "le petit copain", mais je lâche l'affaire si c'est le même traducteur

L'ivresse de la vanité.

7 étoiles

Critique de ANGELINA (, Inscrite le 24 mars 2009, 51 ans) - 6 avril 2009

Le maître des illusions est un excellent roman : c'est bien écrit, intelligent et cependant facile d'accès. Donna Tartt nous présente un jeune homme fasciné par la jeunesse dorée d'étudiants séduisants et brillants mais ayant perdu toute valeur, toute notion du bien et du mal. En fait, si cette lecture s'est avérée difficile pour moi, c'est uniquement parce que je n'ai pas réussi à éprouver la moindre sympathie pour les personnages de cette histoire, pas même pour la victime du second crime.

Un roman qui m'a marquée

10 étoiles

Critique de Aria (Paris, Inscrite le 20 juin 2005, - ans) - 17 mars 2009

Je suis étonnée de lire toutes les mauvaises critiques de ce livre que je considère comme un modèle du genre.
Je me souviens d'avoir été scotchée pendant trois jours par cette lecture, d'avoir tremblé, d'avoir eu des sueurs froides...
La lenteur participe justement de l'ambiance lourde, parfois glaçante du roman.
J'ai également été séduite par la description du milieu étudiant de cette université : les riches mélangés avec les pauvres, choc de société, choc de pensées.
Vraiment je suis d'accord avec Pendragon pour dire que c'est un chef-d'oeuvre.

Lent, mais lent....

2 étoiles

Critique de Badzu (versailles, Inscrite le 6 novembre 2005, 45 ans) - 17 mars 2009

Quelle déception! il ne me reste absolument rien de ce pavé (faut le faire!), à part un sentiment d'avoir perdu mon temps. Je n'ai accroché à aucun personnage, et l'intrigue n'a aucun intérêt... allez, je mets une étoile pour souligner la qualité de l'écriture, qui cependant ne sauve pas de l'ennui.

pas haletant, plutôt ennuyeux, sans profondeur

3 étoiles

Critique de Odile93 (Epinay sur Seine, Inscrite le 20 décembre 2004, 66 ans) - 26 juillet 2008

Je viens de lire LE MAITRE DES ILLUSIONS de Tartt et je suis bien déçue! Cela commençait un peu comme CET ETE A TRAPPELUNE de Ruth Rendell mais après cela se gâte: beaucoup de beuveries, un meurtre satanique (dans quel but? bof!), du blabla et finalement, un sentiment de dégoût et surtout d'ennui.

Le livre démarre vraiment bien, on est mis dans l'ambiance: qui sont ces jeunes étudiants érudits, tous ou presque très riches? que cherchent-ils? qu'ont-ils de si mystérieux? Pourquoi y-a-t-il eu un drame, celui de Bunny?

Et puis au fil des pages, on trouve des jeunes gens plutôt dépravés, qui de soûlerie en soûlerie, de rencontre en rencontre, dévoilent leur tendance au satanisme.

Mais quel satanisme? En fait, on en saura très peu. L'auteur n'effleure qu'à peine le sujet. Pourquoi avoir tué cet homme? Ce n'est pas très clair.

Je n'ai pas aimé les personnages, j'ai eu l'impression de ne les connaître que par leur penchant pour la bouteille. Quant aux pratiques sexuelles d'un des jumeaux, cela m'a semblé si peu intéressant que j'ai dû survoler le sujet.

A la fin du livre, j'étais comme ses personnages, ennuyée !

Si Donna Tartt a mis 10 ans à écrire ce livre, je pense qu'elle ne s'est pas beaucoup documentée.

Ne vous fiez pas au titre français

6 étoiles

Critique de PetitsYeux (, Inscrit le 10 mars 2005, 41 ans) - 17 décembre 2006

c'est bien écrit, mais...

L'intrigue et l'aspect mystérieux de certain personnages aident à rentrer dans le livre et à éveiller la curiosité, mais une fois le bouquin terminé, il reste un drôle d'arrière goût qui a un peu l'odeur de la déception, dû à des longueurs.

La faute aussi (surtout?) à ce titre français.
Non pas qu'il n'ait rien à voir avec l'histoire, mais ce à quoi il fait référence ne constitue pas à mon sens l'élément le plus passionnant et important de l'histoire - on pourrait même s'en passer - (c'est quand j'ai compris ce que "le maître des illusions" signifiait que j'ai été déçu ; moi qui avait mis tant d'espoir dans ce titre, le voile du mystère s'est levé sur... rien. C'est le titre qui est une illusion par rapport à ce qu'il y a dans le livre).
Alors fiez-vous au titre original, "The Secret History" , qui colle pile avec l'histoire et qui, par sa simplicité implacable, nous pousse à nous demander qu'y a-t-il de secret et si le secret sera dévoilé ou non...
En plus de ce titre-version-française bidon, qui n'est pas à la mesure de l'intrigue, la traduction française est parfois bizarre.

Pour faire simple, c'est un bon livre, vraiment, et Donna Tartt est douée. C'est plus l'atmosphère que le suspense (j'suis pas sûr qu'il y en ait) que l'auteur choisit pour nous tenir en haleine. Ce n'est pas un mauvaise idée de le lire.

L'histoire, on aime ou on n'aime pas... Elle décrit l'arrivée d'un jeune boursier à l'université qui s’intègre peu à peu à un petit groupe d’étudiants de la grande bourgeoisie. Il découvre un monde de luxe, d’arrogance intellectuelle et de sophistication, en même temps que l’alcool, la drogue et d’étranges pratiques sataniques.

lent et décevant

4 étoiles

Critique de Nana31 (toulouse, Inscrite le 29 janvier 2006, 51 ans) - 2 décembre 2006

Un livre qui ne m'a pas tenu en haleine; j'ai été très déçue, malgré plusieurs bonnes critiques, beaucoup de personnages secondaires sans importance, dommage!

Passionnant

10 étoiles

Critique de Mullog (, Inscrit le 3 octobre 2005, 39 ans) - 3 octobre 2005

J'ai lu ce livre il y a deux ou trois ans. Il traînait chez un ami qui ne l'a même pas lu et comme j'avais devant moi une petite semaine de congé, je me suis dit qu'un ou deux bouquins plus un ou deux dvds rempliraient agréablement mes soirées. Je me suis mis à lire le Maître des Illusions sans grande conviction , l'auteur ne m'était pas connu, et seul le titre m'intriguait un peu. De quoi ça pouvait bien parler? Je voyais bien que ce n'était ni un roman noir, ni fantastique.. Au bout d'une vingtaine de pages j'étais complètement absorbé par l'écriture de Donna Tartt, détaillé mais pas trop sinueux, limpide, clair, et au fil du livre l'histoire m'a totalement captivé. Je n'ai eu aucun mal à m'identifier au personnage, étant moi-même étudiant. Bref c'était un voyage passionnant qu'on a du mal à quitter... Ce qui m'avait vraiment impressionné dans ce livre, c'est la facilité avec laquelle Donna Tartt a planté le décor et l'atmosphère qui était simplement là, crédible de bout en bout, de manière quasi cinématographique et qui a eu du mal à quitter mon imaginaire. Vraiment chapeau bas, cela faisait longtemps que je n'étais pas surpris si agréablement!
Je recommande ce livre vivement à tous! Et pour ceux qui l'ont lu et aimé je vous conseille dans la même vaine "cinématographique" , mais plus road-movie, "Le livre des Crânes" de Robert Silverberg.

lent

5 étoiles

Critique de Tabularasa (, Inscrit le 11 mai 2005, 48 ans) - 5 septembre 2005

long, lent et en définitive très peu de surprises dans ce bouquin qui ne retient l'intérêt que par le campement adroit des personnages, particulièrement d'ailleurs les secondaires...

Bon ben moi j'ai vraiment pas aimé :(

4 étoiles

Critique de Flyingcow (Paris, Inscrite le 11 février 2005, 45 ans) - 23 avril 2005

J'suis vraiment désolée, j'ai pas envie de vous faire de la peine mais bon il m'arrive de vraiment pas aimer un bouquin et c'est celui là.

Le suspens ? Aucun. En général quand dès la 3 ème page on annonce un meurtre et presque les auteurs, il faut avoir une histoire solide à offrir derrière. Il n’en est rien. Des centaines de pages qui décrivent la vie d’étudiants d’une université américaine : cours, drogue, alcool, fête, un peu de sexe (mais pas trop). Des étudiants de la grande bourgeoisie : mwai.

J’avoue même que j’ai sauté 100 pages vers les 3/4 du bouquin tellement j’en avais marre. Bref, le maitre des illusions ça doit être l’auteur, qui a réussi à me faire croire que son roman était vraiment intéressant


Bon j'étais peut-être pas vraiment disposée ce jour là à lire ce livre là. Peut-être aussi que j'ai besoin de m'attacher aux personnages des livres, mais là rien.

Et ça me rend triste parce que je ne vois que des louanges à propos de ce livre, p'tet que je suis passée à côté...

captivant

10 étoiles

Critique de Angelnix (, Inscrite le 2 mars 2005, 49 ans) - 13 avril 2005

j'avais lu ce livre, il y a quelques années, je l'ai relu il y a un mois, pour me replonger dans le style Donna Tartt, je lis en ce moment son dernier bouquin "le petit copain". Je gardais un très bon souvenir de cette première lecture. Je m'y suis donc replongée avec plaisir. Je l'ai pris pour ne plus le lâcher, je me suis laissée emporter par l'histoire, j'étais l'une d'entre eux, je vivais pleinement cette aventure. J'ai véritablement adoré, et malgré les 700 pages j'ai regretté qu'il ne dure pas plus, je ne me suis pas ennuyée une minute. Une atmosphère pesante, une ambiance qui rappelle le cercle des poètes disparus. Le côté cercle fermé de grec ancien... Je suis plongée dans son second livre, on verra s'il est à la hauteur du premier. En attendant, je propose ce livre à tous et toutes... A dévorer sans modération...

Très bon

9 étoiles

Critique de Sallygap (, Inscrite le 18 mai 2004, 43 ans) - 12 avril 2005

Ah, quel bon moment de lecture ! Vraiment, ce roman est particulièrement captivant, il m’a tenue en haleine du début à la fin…(J’ai eu exactement les mêmes références que Nothingham, j’ai immédiatement pensé au « Cercle des poètes disparus », puis ensuite à « Petits meurtres entre amis » quand l’histoire dégénère entre les étudiants).
Donna Tartt mélange habilement suspense, personnages fouillés, érudition et descriptions réussies. Elle rend une atmosphère particulière, liée aux lieux et à ses protagonistes si particuliers, ce petit groupe isolé, soudé et qui se déchire en même temps, leurs études « décalées », l’attachement au professeur. L’ambiance est réussie sur tous les points, l’histoire est prenante ; je n’irai pas jusqu’au chef d’œuvre, mais un très bon bouquin à mon avis!!

j'en reprendrais volontier

9 étoiles

Critique de Ena (Le Gosier, Inscrit le 25 octobre 2004, 58 ans) - 25 octobre 2004

La critique élogieuse de Ruth Rendell sur la 4ème de couverture a achevé de me convaincre de me lancer dans la lecture du « Maitre des illusions ». J’ai été très vite pris par cette sombre histoire aux côtés du narrateur qui progressivement découvre ce monde estudiantin élitiste qui le fascine et dont il veut se faire admettre. Les personnages sont particulièrement bien dépeints, on partage leurs angoisses face aux situations de plus en plus scabreuses dans lesquelles ils doivent se débattre. C'est superbe et en plus ça dure sans tomber dans le moins bien.

Captivant

10 étoiles

Critique de Scarlet (, Inscrite le 23 août 2004, 37 ans) - 23 août 2004

J'ai lu ce livre quasiment de la première page à la dernière d'un seul coup. J'avais l'impression de faire partie moi-même de ce petit groupe de 6 étudiants. Les personnalités de chacun sont tout simplement captivantes. On voudrait que jamais le livre ne se termine. J'ai vraiment adoré ce livre où l'intrigue n'est pas vraiment le meurtre (car on le sait dès les premières lignes) mais bien les manipulations psychologiques, les déviances de caractères, la problématique des amis trop proche l'un de l'autre.
C'est vrai que quelquefois, il y a des parties un peu moins nécessaires (description des soûleries) mais quelque part cela démontre l'instabilité de tous et de leur échappatoire à la rancune.
Un roman comme j'ai rarement eu la chance d'en lire.
Félicitations à Donna Tartt!

Déçu

6 étoiles

Critique de CptNemo (Paris, Inscrit le 18 juin 2001, 46 ans) - 5 juillet 2004

Ma lecture remonte à quelque temps déjà mais je n'ai pas un très bon souvenir. Classiquement alléché par de trop bonnes critiques, je n'ai pas trouvé le livre à la hauteur.

L'histoire est bien et les personnages sont assez fouillés mais c'est quand même long et plutôt prévisible.

Un livre en dessous de sa réputation pour moi

Atmosphère, atmosphère...

9 étoiles

Critique de Cuné (, Inscrite le 16 février 2004, 52 ans) - 24 juin 2004

Ce livre est captivant à plus d'un titre : Le héros nous racontant dès le prologue le fin mot de l'histoire, on pourrait se dire que le suspens policier est relégué au second plan or il n'en est rien. L'auteure nous égare au fur et à mesure dans l'anticipation d'évènements qui ne se produisent pas, ou de façon inattendue. Chaque personnage se révèle à la fois plus profond et plus superficiel qu'annoncé. Les études universitaires de haut niveau forment la trame et ponctuent çà et là de petits intermèdes érudits. On aurait presque envie de se mettre à l'étude du Grec ancien
Tous les personnages sont attachants, on assiste impuissants au bourbier dans lequel ils s'enfoncent et on aimerait pouvoir leur faire prendre un peu de recul...
Un sacré tour de force, de réussir ainsi à augmenter l'envie de lire la suite à chaque page... Et pourtant l'ambiance globale n'est guère plaisante, à la base.
C'est toute une atmosphère qui est créée.

Désolée…

1 étoiles

Critique de Moua (, Inscrite le 6 mai 2004, 42 ans) - 7 mai 2004

Contrairement à vous tous, j'ai trouvé ce livre absolument prévisible et très très lent! La preuve en est : j'ai bondi de ma chaise en voyant toutes vos excellentes notes mais je n'arrive absolument pas à me rappeler de ce que raconte le livre… Tout ce qu'il m'en reste, c'est un énorme sentiment de frustration : rares sont les livres dont je ne me rappelle pas… surtout quand ils font 700 pages!

Une histoire d'ambiance

7 étoiles

Critique de Aaro-Benjamin G. (Montréal, Inscrit le 11 décembre 2003, 51 ans) - 3 mai 2004

Tout semble avoir déjà été dit.
Il s'agit en effet d'un bon roman, mais le style d'écriture de Donna Tartt est à la fois sa plus grande force et son plus grand défaut. Car si il est vrai que cette plume lyrique et généreuse crée un effet hypnotisant parfaitement juste pour le ton du récit, il n'en demeure pas moins que ce souci du détail est très lassant à la longue.
Il m'importait peu d'être au courant de chacun des moments de la journée du héros et de ses compères.
Cet univers décadent aurait pu être dépeint de manière encore plus efficace selon moi et avec plus de surprises.

Obsessionnel !

8 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 54 ans) - 5 novembre 2003

Ce livre est pour ceux qui aiment se faire peur.
Dès les premières pages le climat est planté et il est malsain : atmosphère glauque, genre Blairwitch project. Cette sombre histoire se déroule dans une petite ville universitaire de Nouvelle-Angleterre dont l'ambiance et la beauté du décor naturel sont admirablement rendus. Les descriptions de la nature selon les saisons sont un plaisir, surtout que la narrateur qui est californien nous fait partager son enthousiasme pour ces paysages nouveaux pour lui.
Au début on est littéralement scotché au roman, car on soupçonne quelque chose sans savoir quoi et c'est très prenant. Le premier tiers du livre excellent. Je dois pourtant avouer que le rythme flanche un peu dans le second tiers. Les étudiants boivent de l'alcool, fument, se droguent, sont saouls en permanence et c'est un peu lassant. Heureusement sur la fin l'auteure retrouve le niveau du début et on est à nouveau pris par le récit.
Au total une lecture fort divertissante. Je suis un peu moins élogieux que les autres, il faut dire aussi que je ne suis pas un adapte de ce genre de livres (qui me stressent trop).

L'expérience interdite

10 étoiles

Critique de Nothingman (Marche-en- Famenne, Inscrit le 21 août 2002, 40 ans) - 31 mai 2003

Quel roman! Je me suis littéralement laissé emporter dans l'univers de ces cinq étudiants gréco-latinistes à l'égo exacerbé.Il y a dans ce roman un peu du "Cercle des poètes disparus"; en effet les protagonistes sont des élèves de latin-grec assez élitistes et égocentriques menés par un professeur charismatique Julian Morrow qui a tout du Mr Keating du "Cercle..."; il y a aussi un peu de l'"Expérience interdite";
les cinq étudiants organisant en effet des bacchanales pour éprouver la perte totale de soi et jouant avec l'idée de mort; et un peu de "Petits meurtres entre amis". Mais le mieux c'est qu'on se prend à croire que l'on fait partie de leur bande, que l'on est dans la confidence de tous leurs plans les plus glauques et les plus démoniaques. Il se dégage une certaine perversité de ce roman mais dans le bon sens du terme. C'est le roman du péché impuni et de l'innocence perdue. Magistral en tous les cas!!!

Brrrr...

10 étoiles

Critique de Saint-Germain-des-Prés (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 52 ans) - 4 mai 2003

Je me range aux avis de Pendragon, Bluewitch et Féline, oui, ce roman de 700 pages est une réussite !
700 pages qui s’avalent comme 300 tant l'auteur excelle dans l'art du suspense psychologique.
A lire absolument si vous aimez côtoyer longuement les personnages qui, de fictifs, en deviennent étrangement familiers, comme si on pouvait les croiser demain.
Les croiser demain ?
Brrr, de quoi donner des frissons dans le dos car, aux côtés du narrateur qui est plutôt sympathique, il y a de ces caractères noirs et manipulateurs.
Il n’empêche, tous, absolument tous sont attachants.

Un suspense magistral

10 étoiles

Critique de Féline (Binche, Inscrite le 27 juin 2002, 42 ans) - 1 juillet 2002

Peu de choses à rajouter qui n'aient déjà été dites. Cette jeune romancière nous entraîne dans un décor et une atmosphère hors du commun et jamais explorés. Ce fabuleux roman est peuplé de personnages complexes et bien dessinés. On ne peut s'empêcher de se passionner pour ces jeunes qui, à travers des bacchanales, tentent d'atteindre un état d'inconscience et de béatitude décrit dans les textes latins anciens. Ils y parviendront, mais à quel prix... Il aura fallu huit ans à Donna Tartt pour nous offrir ce récit majestueux. Dix ans se sont écoulés depuis sa publication et ses lecteurs ne peuvent qu'espérer qu'un prochain titre est en préparation.

Epoustouflant!

10 étoiles

Critique de Bluewitch (Charleroi, Inscrite le 20 février 2001, 41 ans) - 14 mars 2001

Voilà bien longtemps qu'un roman de 700 pages ne m’avait plus tenue en haleine de cette manière, de la première à la dernière ligne ! C'est en effet un chef-d’oeuvre que nous a offert Donna Tartt. Les 8 années passées à écrire ce roman n’ont certes pas été une perte de temps ! Quel talent ! Le moindre détail nous intrigue, le moindre événement prend une importance incontournable. Les personnages sont des jeunes gens étranges, terriblement égocentriques, intelligents, orgueilleux, mais indéniablement fascinants ! Dès les premières pages, la toile est tissée, nous sommes pris au piège de l'auteur, plongés dans l’univers glauque et captivant du roman, fascinés par ce monde d'érudition qui se croit au-dessus de tout, même de la vie... Donna Tartt ne nous laisse aucun répit tant que le livre n’est pas refermé… Le sujet et le style sont réellement maîtrisés. Un roman comme il y en a peu !

Forums: Le maître des illusions