Star Wars - Le manuel du Jedi de Daniel Wallace

Star Wars - Le manuel du Jedi de Daniel Wallace
(The Jedi Path : A Manual for Sudents of the Force)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone , Littérature => Fantasy, Horreur, SF et Fantastique

Critiqué par Numanuma, le 27 décembre 2016 (Tours, Inscrit le 21 mars 2005, 44 ans)
La note : 5 étoiles
Visites : 328 

Lire ce livre tu dois

Certes, avec les fêtes est arrivé sur les écrans le spin off Rogue One, élément intermédiaire entre les deux premières trilogies, assez sombre, mais ce manuel a fait partie de la campagne promo de l’épisode 7. Les réfractaires à Star Wars peuvent arrêter leur lecture ici, je ne leur en veux pas. Que la Force soit avec vous.
Pour les autres, les fans, les maniaques ou les grands enfants, qui sont parfois un peu les mêmes, ce manuel, édité chez Larousse, quand même, peut constituer un achat sympathique.
En effet, ce petit bouquin ne joue pas dans la catégorie des beaux livres, nombreux, sur le sujet. Rogue One a déjà le sien. On est plus dans le petit plaisir coupable. Ne serait-ce que par la présence, page 86, de ces inénarrables habitants de la planète Clak’Dor VII, petits êtres à tête bi-testiculaire joyeusement appelés Biths… Petit geek ne deviendra jamais grand. Ceux qui ont aimé le roman Collector, critiqué ici par votre serviteur, s’y retrouveront car on trouve plein d’infos à peine esquissées dans les films, voire carrément absentes, ce qui est somme toute logique, la 4ème de couverture indiquant clairement « nouveaux personnages, nouvelles créatures, nouveaux vaisseaux ».
N’étant pas un spécialiste des fantasmes de Georges Lucas, je me limiterai aux éléments dont je suis sûr. Par exemple, que les lames des Jedi ne sont pas toutes de la même couleur. Pour le cinéma et la dramaturgie, donner un sabre rouge, couleur symboliquement chargée en hémoglobine, à Vador, permet de le situer clairement dans la catégorie des méchants. D’ailleurs, les Sith semblent n’utiliser que cette couleur. Les Jedi en ont 3 : bleu, vert et jaune (cette dernière n’ayant, me semble-t-il jamais été vue à l’écran). Chaque couleur correspond à un type de Jedi. Les sabres bleus appartiennent aux Jedi gardiens, les verts aux Jedi consulaires et les très rares jaunes aux Jedi sentinelles. Yoda est un Jedi consulaire, par exemple. On y trouve également les différents types de combats aux sabre, appelés Formes. Ce dernier élément est familier aux joueurs du jeu en ligne Star Wars : The Old Republic, de même que le chapitre consacré à la fabrication du sabre laser.
Les chapitres sont annotés par les différents propriétaires du manuel. Très opportunément, on n’y trouve que du beau monde : Yoda, Luke, Obi Wan, Anakin, Qui Gon Jinn, Dart Sidious, ainsi qu’un certain Thame Cerulian et Ahsoka tano, padawan d’Anakin que l’on trouve dans la série de dessins animés The Clone Wars. Le manuel brasse donc différents médias qui peuvent s’adresser à des publics d’âges et d’intérêts variés aussi bien qu’au fan hardcore à qui rien de ce qui relève de la Guerre des Étoiles n’est étranger.
Ces annotations révèlent parfois des indications dont on ne sait trop que penser. Je parle principalement de celles de Luke. Comme je l’ai dit, le bouquin est sorti en même temps que l’épisode 7, qui marque le retour de Luke à l’écran en tant que dernier Jedi. Le film laisse entrevoir des éléments passés ou futurs mettant en scène des apprentis Jedi passant au côté obscur. Les remarques de Luke dans le manuel peuvent se concevoir comme des éléments de réponse quant à la suite de la trilogie mais peuvent aussi bien être reliées à des romans ou des séries que je ne connais pas. Par exemple, page 20 : «il n’a pas été facile pour moi de faire accepter mon Ordre au sein de la Nouvelle République. », ou plus troublant, page 48 : « deux de mes élèves ont basculé du côté obscur » …
Visuellement, ce petit bouquin permet de mettre très nettement en lumière l’aspect nippo-spatial de l’univers de Georges Lucas. Les vêtements rappellent plus aisément les kimonos sur dessin. De même que les visages de nombreux personnages anonymes présentés ici. Les noms choisis sont aussi plus parlants : Obi-Wan, Qui-Gon Jinn, Yoda, ou les noms des techniques au sabre, la résonance de ces noms est nippone, à l’inverse de personnages plutôt obscurs ou ambivalents, comme Luke ou Dooku. Ce dernier nom m’évoque la chevalerie à l’européenne, souvent portée par des hommes imbus de leur position sociale, de leurs titres et de leur droit supposé à régir le monde, ce qui est assez proche du caractère de ce personnage. Le point faible de mon raisonnement est que Luke, prénom occidental s’il en est, est porté par un personnage symbolisant le côté lumineux de la Force. Anakin Skywalker, en alliant un prénom qu’on dira nipponisant à un nom occidental marque la possibilité de choix entre les deux côtés de la Force.
Le manuel se termine par une courte histoire des Sith, appel du pied vers le manuel du même nom. Bref, c’est un livre soixantehuitart que nous avons là, qui porte l’imagination au pouvoir. Allez, j’y retourne, je dois convaincre mes 2 padawans de finir leur soupe !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Star Wars - Le manuel du Jedi

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Star Wars - Le manuel du Jedi".