La Terre est bleue
de Auteur inconnu

critiqué par Colen8, le 23 décembre 2016
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Précieuse et généreuse, fragile et vulnérable, dangereuse parfois, la mer
On a plus exploré l’espace, on en sait plus sur l’univers et les objets célestes que sur les océans. A l’origine de la vie et de la biodiversité, leurs immenses richesses sont autrement proches puisqu’ils nous baignent de toute part. Mer et espace ont dorénavant des échanges fructueux par satellites interposés. Ceux-ci assurent la navigation maritime par leurs fonctions de surveillance et de télécommunications, ils sont alimentés par les paramètres marins pour la météo.
Avec une gestion raisonnée des ressources halieutiques, une aquaculture privilégiant les espèces herbivores, une utilisation plus intensive des algues, la mer pourra fournir en protéines les 9 milliards d’habitants prévus d’ici 2050. En matière d’énergie renouvelable, le vent du large, les courants, les marées, les gradients de température entre surface et profondeur sont autant de pistes à développer pour renoncer à extraire les hydrocarbures et tenir l’objectif d’un réchauffement climatique inférieur à 2 degrés. La pénurie d’eau douce est en partie résolue par les 17 000 usines de dessalement déjà en fonction dans 150 pays. D’autres projets voient le jour en médecine, en génétique, dans l’industrie avec les nodules polymétalliques, dans l’habitat sous-marin ou flottant.
La mondialisation du commerce n’existerait pas sans les gigantesques porte-conteneurs, moins coûteux et moins polluants (aux marées noires près) relativement que trains, avions ou camions. Elle favorise en même temps la dispersion d’espèces invasives, toute médaille a son revers, hélas. L’acidification croissante des océans détruit les écosystèmes coralliens, les méduses prolifèrent quand les tortues marines qui s’en nourrissaient les confondent avec les plastiques dérivants. En dépit des conventions internationales ou interrégionales destinées à renforcer le droit y compris en haute mer, trafics et activités criminelles en tous genres s’exercent en mer quand ce n’est pas l’espionnage des réseaux numériques sur les câbles sous-marins.
De tout temps la mer a inspiré les artistes, fait rêver les aventuriers. On trouvera dans ce bel album qui lui est consacré une mine d’information apte à satisfaire tous les esprits curieux. Les commentaires à la fois concis et rigoureux sur son économie, les fonds de cartes esthétiques, toutes sortes de graphiques et de pictogrammes, quelques reportages photos pittoresques rendent les statistiques faciles à assimiler.