Les Seigneurs de la terre - Tome 01 : L'Appel de Cérès
de Fabien Rodhain (Scénario), Luca Malisan (Dessin)

critiqué par Guigomas, le 22 décembre 2016
(Valenciennes - 48 ans)


La note:  étoiles
Le vol d'un colibri
La sterne arctique est un petit oiseau migrateur d’une centaine de grammes qui passe l’été en arctique et l’hiver (notre hiver boréal) en antarctique. Deux fois l’an, elle traverse la planète à la force de ses petites ailes de quarante centimètres. Cette migration ne suscite-t-elle pas l’émerveillement ? En même temps, à quoi ça sert ? Quelle débauche d’énergie pour un résultat bien maigre et une survie bien aléatoire ! Sûr que si le cas de la sterne arctique venait à être examiné par quelques ingénieurs cornaqués par des businessmen on aurait vite fait de la doter d’un gène de tolérance à l’obscurité hivernale pour faire cesser ces aller-retours futiles et improductifs.
Dans la BD de Fabien Rodhain et Luca Malisan, pas de sterne arctique mais le débat sur le niveau d’intervention humaine sur la nature est posé. Florian le héros, bobo lyonnais, avocat spécialisé dans les divorces, est le fils d’un gros agriculteur en Rhône-Alpes, un de ces agriculteurs qui ont suivi le mot d’ordre des trente glorieuses : faisons exploser la productivité des terres agricoles grâce à la technologie et à la chimie ! A l’occasion d’un voyage au Paraguay, Florian va découvrir la face cachée de l’agro-industrie, les plantations de soja à perte de vue pour nourrir le bétail d’Europe, les populations locales chassées de chez elle et rendues malades par les pesticides. À son retour, il ressent l’appel de la terre et envisage de devenir paysan (et non agriculteur, la nuance est joliment illustrée dans le livre). Il va découvrir que le monde agricole n’est pas la paysannerie et bien des barrières vont se dresser sur sa route.

Cette BD est une vraie réussite. Elle aborde simplement de nombreux débats parmi ceux que soulève notre modèle économique en général et son application à l’agriculture en particulier : pouvoir des multinationales, toxicité des produits dits phytosanitaires, ravages de la monoculture dans les pays pauvres, drame d’une agriculture française confrontée au fracassement de son modèle économique basé sur toujours plus d’industrialisation… Ces thèmes sont abordés simplement au gré des péripéties d’un scénario bien construit aux personnages solidement campés. Quant aux dessins, ils sont simplement superbes

Même si les auteurs expriment leur point de vue (la préface signée Pierre Rabhi ne laisse pas de place au doute), c’est sans manichéisme et on comprend le désarroi que peut ressentir un agriculteur (un exploitant agricole) devant la mise en question par un jeunot sans expérience de quarante années de travail.

Au final, c’est une vraie réussite et un beau message dont je recommande la lecture à tous, ne serait-ce que pour savoir ce qu'il y a derrière ce qu'on mange !