Grand Frère
de Harald Rosenlow Eeg

critiqué par Mathieu971, le 17 décembre 2016
( - 31 ans)


La note:  étoiles
un accueil réussi
Le jeune Dag, 16 ans, ballotté de famille d’accueil en famille d’accueil, est placé dans une nouvelle famille, où il est cette fois extraordinairement bien accepté par des gens ouverts, et par leur jeune garçon, Gustav, 10 ans, qui le veut pour "grand frère". Mais Dag, avec son douloureux passé (il a causé un incendie dans sa précédente famille d’accueil) est reclus dans un refus buté. La "mère" d’accueil lui a offert une caméra vidéo ; le professeur de norvégien du collège lui propose de réaliser un reportage. Alors Dag filme tout, et en particulier une autre écorchée vive, Gloria. Peu à peu, Dag, bien que spécial, va dissiper le passé qui le hante, s’attacher à Gustav et à Gloria, et envisager de pouvoir construire sa vie.

Ce roman norvégien pour ados narre les affres et les difficultés que doivent affronter les enfants au lourd passé et qui, plus que tous les autres, ont besoin d’amour. Surtout à la période de l’adolescence, où la fragilité psychique peut être grande et pousser à se replier sur soi. Dag ainsi parle très peu, il utilise la caméra avec abondance, mais c’est aussi une barrière qu’il interpose entre lui et les autres. Il filme sans cesse, même quand il est sur le vélo. Dag se raconte, c’est lui le narrateur, on ne voit les autres qu’à travers son prisme, et le lecteur a un travail de compréhension à assumer. Présent et retours en arrière se mêlent dans une écriture qu’on peut qualifier de cinématographique.

Un roman réussi, sans mièvrerie, sur les ados en difficulté et le rôle essentiel des familles d'accueil.