Journal d'un vampire en pyjama
de Mathias Malzieu

critiqué par Nathavh, le 6 décembre 2016
( - 53 ans)


La note:  étoiles
Juste magnifique, émouvant
Quelle claque !

Mathias Malzieu est un fou du travail, créatif, inventif, il veut toujours faire plus, il ne sait pas s'arrêter. Il est sur le point de concrétiser son rêve, son film. Six années de sa vie pour la réalisation du film "Jack et la mécanique du coeur". Un petit bijou.
C'est le tournage du clip, Mathias se donne à fond mais il se rend compte qu'il n'a plus de souffle, il est très pâle, il n'en peut plus. En fait il aurait pu y rester...c'est ce qu'il apprendra quelque jours plus tard.

Il fait une prise de sang et très vite il est alerté, il est en danger de mort. Son corps, plus exactement sa moelle osseuse a arrêté de produire des globules. Il n'a presque plus d'oxygène dans le sang, quasi-plus de plaquettes, il risque des hémorragies, c'est l'aplasie médullaire. Une solution pour (SUR)VIVRE : devenir un vampire, en effet des transfusions sanguines lui sont vitales.

Tout s'écroule, et son idée d'être père...

Il va falloir lutter, se préparer à l'idée d'une greffe et de traitements lourds.

Il s'accroche car Dame Oclès lui tient compagnie à présent. Il a une volonté extraordinaire, l'envie de s'en sortir, grâce à Rosy sa compagne, présente plus que jamais, magnifique dans l'ombre, le soutenant dans son combat.

Alors Mathias écrit son journal, s'accroche en écrivant des chansons, de l'espoir.

Quel récit touchant, palpitant, dévoré en apnée par moments car la chose positive est que l'on connaît l'issue positive. Coup de chapeau mérité aux infirmières pour leur empathie et leur énergie positive, aux médecins et personnel de ces services en chambre stérile, à la science et aux donneurs.

Mathias nous raconte sa renaissance il y a deux ans quasi jour pour jour. Un récit avec beaucoup de poésie, d'humour, un récit magnifique.

J'ai terminé en réécoutant l'album. Chapeau bas Monsieur Malzieu.

J'ai eu la chance d'assister au concert de Dionysos ce printemps au Cirque Royal de Bruxelles, c'était un moment d'émotion intense, un bonheur de le retrouver sur scène avec une pêche d'enfer et une joie de vivre formidable.

Un coup de coeur.
La maladie colorée 7 étoiles

Lorsqu’on me parle de comédiens qui poussent la chansonnette, de chanteurs qui se mettent au pinceau, de chanteurs qui écrivent des romans, je suis un peu réticent. Pour moi, les arts sont dissociés et chacun est spécialiste de sa spécialité. Je sais que j’ai tort et je me soigne ! C’est pour cette raison que spontanément je ne vais pas vers ce genre de livres. Mais appréciant la musique du groupe et ayant découvert les critiques élogieuses sur ce journal, j’ai voulu accorder le bénéfice du doute au chanteur de Dionysos.

Mathias Malzieu nous raconte la rencontre avec la maladie, sa progression et toutes les épreuves qui vont en découler. Dès lors, son parcours dans les hôpitaux va être jalonné de révélations et de retournements. Au fil des évènements, l’état d’esprit de l’artiste va connaître des fluctuations assez fortes pour tenter de s’accommoder aux nouvelles situations. Le côté imprévisible de la maladie crée un suspense constant et on s’inquiète du dénouement. Le lecteur reste dans l’expectative auprès du malade et vit les péripéties à ses côtés. On est alors enfermé, isolé dans la chambre avec lui. Il partage ses états d’âme du quotidien qui sont heureusement apaisés par le soutien de la famille et du personnel médical.

Comme dans tous les ouvrages d’acteurs ou de chanteurs, le récit n’échappe pas à l’égocentrisme du propos. Cette thérapie n’a donc de véritable intérêt que pour celui qui l’écrit. Mais à la différence des autres, dans son auto introspection, Mathias Malzieu apporte un peu de poésie et de folie douce qui rendent son histoire beaucoup plus originale et assez sympathique à suivre. Les scènes sont parfois loufoques et apportent une vision décalées des évènements. On appréhende alors différemment les diverses étapes du traitement médical, même si elles sont parfois douloureuses.

En conclusion, sans être transcendante, c’est une lecture sur un thème dramatique qui s’avère à la fois touchante, sympathique et colorée…comme son auteur !

Killing79 - Chamalieres - 38 ans - 8 novembre 2017


Skate et ukulélé 10 étoiles

Une leçon de vie, c'est comme ça qu'on dit?
Je propose à tous les grincheux de la vie quotidienne de lire ce magnifique livre. Ils relativiseront leurs petits tracas.
Quel courage Mathias,.
Quand on a connu le petit écureuil électrique bondissant sur scène avec son groupe Dionysos et qu'on voit par où il est passé.........
Raconté avec (beaucoup d') humour et de poésie ce texte m'a charmé.
On découvre ses passions qui l'ont aidé à survivre: musique, livre et skate, sans oublier les crêpes, les Granolas, le Nutella et le Coca.
Ses écrivain favoris Richard Brautigan, Walt Whitman et Jack Kérouac.
Et bien sûr les docteurs et les nymphirmiéres sans oublier Rosy, son amour.
J'adorais Dionysos, Les mécanique du cœur et ses autres livres..........
Magnifique. On peut pas mettre 6 étoiles??????

Free_s4 - Dans le Sud-Ouest - 43 ans - 14 août 2017