Le Port des Marins Perdus
de Teresa Radice (Scénario), Stefano Turconi (Dessin)

critiqué par Elko, le 3 décembre 2016
(Niort - 41 ans)


La note:  étoiles
Un conte marin
Voici un très beau roman graphique au crayonné en noir et blanc.

L'histoire se situe au début du XIXème siècle dans la marine anglaise : un adolescent est retrouvé inconscient sur une plage du Siam. Il a tout oublié sauf son nom : Abel. Recueilli par le HMS Explorer dont le capitaine vient de déserter en volant une prise de guerre, il s'avère un marin accompli aux aptitudes surprenantes. Qui est-il? Que signifient ces bribes de souvenirs qui surgissent par flash? Pourquoi a-t-il cette mystérieuse impression d'avoir une mission à accomplir? Lors de son retour en Angleterre, ses rencontres avec la famille du capitaine déserteur et une tenancière de maison close marqueront son destin.

Le dessin est superbe. Très expressif et charnel. Le récit mêle l'aventure au merveilleux. A la dureté de l'époque répond la sensibilité des personnages. Parfois un peu bavard on se laisse néanmoins emporter dans ce conte marin.

Le couple italien à la barre de cet ouvrage nous offre un très bon moment.
Superbe aventure maritime 8 étoiles

J'étais passé à côté de cet album à sa sortie. Je suis tombé dessus par hasard à la médiathèque, et bien m'en a pris.
Le parti pris des dessins crayonnés voire des esquisses peuvent rebuter certains mais le style de Stefano Turconi est véritablement bluffant et donne un souffle épique que l'on n'attendait pas aux aventures maritimes d'Abel (le combat naval dans la première partie est magnifique!)
Car si le récit de Teresa Radice est avant tout maritime, il allie toutefois histoires d'amour, histoire fantastique, et recherche au trésor.
La narration reste fluide malgré le fait d'avoir le point de vue de plusieurs personnages.

Mais le charme de cette épaisse bande dessinée (294 pages) réside dans la poésie qui plane tout au long du récit. On y cite aussi bien des extraits de Shakespeare, que des poèmes du poète William Blake, voire des extraits de la bible - ce qui est presque normal lorsque les principaux protagonistes se prénomment Rebecca et Abel-
On peut rapprocher, sans commune mesure eu égard à son format, ce livre , au court récit intitulé "En Mer" de Drew Weing (2011) par sa poésie.

Même si certaines pages sur les états d'âme de Rebecca ou de Nathan sont un peu lassantes, j'ai n'ai pas lâché ce livre avant d'en connaître la fin.

Embarquez sur "l'Explorer" , vous passerez un très agréable voyage.

Hervé28 - Chartres - 48 ans - 4 décembre 2016