La vie meurtrière
de Félix Vallotton

critiqué par Jfp, le 26 novembre 2016
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)


La note:  étoiles
une mort insipide
Une vie insipide, une mort au diapason. Le roman tout en grisaille de Félix Vallotton contraste avec sa peinture, célèbre par ses couleurs en grands aplats lumineux. Ici, rien de tel où tout n'est que misère, fureur et dégoût de soi-même. Le personnage central de l'histoire, qui conte ses déboires dans un manuscrit remis entre les mains du commissaire chargé de l'enquête sur les circonstances de sa mort, a vécu persuadé que toutes les personnes qui l'approchaient d'un peu trop près étaient vouées à une mort certaine. Et, bien entendu, son comportement génère ces situations fatales, tant il est englué dans le marasme où il entraîne ses proches. Mais rassurez-vous, on ne sort pas de la lecture de ce court roman pour aller se jeter dans la Seine ou sous un train. Le ton est enlevé, plein d'une tendre ironie, et on finit même par sourire aux malheurs que ce jeune homme sème autour de lui, tant sa naïveté est touchante. On pense aux héros désabusés d'Emmanuel Bove, aussi à la vallée de larmes des "Souffrances du jeune Werther". Une lecture déconseillée donc aux personnes en trouble dépressif, mais qui ravira les amateurs de belles lettres…