Les Tuniques Bleues - tome 60 - Carte blanche pour un bleu
de Willy Lambil

critiqué par Vince92, le 6 novembre 2016
(Zürich - 40 ans)


La note:  étoiles
Sympatoche...
A la suite d'un énième engagement aux côtés de Stark, Cornélius Chesterfield est cette fois ci sérieusement amoché: incapable de retrouver la mémoire ni même de faire le moindre geste ou de prononcer la moindre parole, le médecin le déclare perdu pour l'armée... seul un miracle va pouvoir le ramener à la vie. Bine entendu, Blutch va s'employer à le faire.

Vite lu, ce tome joue avec la nostalgie des lecteurs en leur rappelant divers épisodes de la longue vie désormais de la série. C'est donc pour se concilier un lectorat fidèle que Cauvin a concocté cet épisode sans originalité (et déjà vu dans En avant l'amnésique!)... cependant, ça fonctionne un peu et j'ai esquissé un sourire en croisant le danseur Zizi ou en revoyant le vieux colonel Appeltown...

60 albums c'est beaucoup pour une série qui ne veut pas mourir et qui est forcée par là même, faute de nouveaux champs à explorer ou par la paresse de son scénariste de tourner en rond et d'utiliser les mêmes ficelles encore et encore...