L'Homme qui voyait à travers les visages de Éric-Emmanuel Schmitt

L'Homme qui voyait à travers les visages de Éric-Emmanuel Schmitt

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Ddh, le 18 octobre 2016 (Mouscron, Inscrit le 16 octobre 2005, 76 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 2 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 653ème position).
Visites : 1 228 

Invraisemblance vraisemblable

Un homme hors du commun : il voit les fantômes qui hantent les vivants !
Eric-Emmanuel Schmitt, agrégé de philosophie, cela se subodore à la lecture de son dernier roman. Mais son imagination surdimensionnée étincelle et ravit le lecteur.
Augustin Trolliet, le narrateur est un personnage hors normes. De par son nom : dans Trolliet, il y a « Troll », que chacun peut se représenter, et Augustin, d'après son sain nom, n'est-il-pas celui qui a conversé avec Dieu ? Sa vie frise l'enfer : SDF, il effectue un stage de journaliste non rémunéré avec un chef qui l'humilie. Il assiste fortuitement à un attentat terroriste où il est blessé. Son don de double vue le poursuit également ; ce qui intrigue Eric-Emmanuel Schmitt qu'il rencontre. Tous ceux qui l'entourent semblent vivre dans l'irréel.
Eric-Emmanuel Schmitt surprend une fois de plus le lecteur. Ici, il donne carrément dans le surréalisme tout en gardant ses allures philosophiques. Homme de notre temps, il aborde la problématique de la violence et de la religion. Et les pages défilent sans que l'intérêt s'estompe ; de nouveaux éléments apparaissant.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Roman-essai

9 étoiles

Critique de Pascale Ew. (, Inscrite le 8 septembre 2006, 50 ans) - 28 novembre 2016

Augustin Trolliet est stagiaire non-rémunéré dans un journal à Charleroi. Sa particularité est qu'il voit les morts qui nous accompagnent. Il est un jour le témoin d'un attentat terroriste et suscite par conséquent tout d'un coup l'intérêt de son patron qui méprise tout le monde. Soudain, cet orphelin SDF devient intéressant aux yeux de tous : le policier Terletti, la juge Poitrenot, …
Eric-Emmanuel Schmitt réussit à faire un essai dans un roman. En se mettant en scène - original ! -, il nous livre sa pensée sur la foi et la violence, après avoir laissé s'exprimer d'autres personnages qui ne pensent pas comme lui. Il tente de démontrer que la violence est uniquement due à l'ignorance et à des êtres en mal de certitudes bien tranchées. La manière dont Eric-Emmanuel Schmitt se décrit est savoureuse. Par contre, son interview de Dieu m'a laissée sur ma faim : si je rencontrais Dieu, je ne lui poserais pas du tout les mêmes questions, mais ça fait du bien de lire un auteur qui défend Dieu, que peu de personnes défendent, et qui a visiblement étudié à fond ces questions.

Forums: L'Homme qui voyait à travers les visages

Il n'y a pas encore de discussion autour de "L'Homme qui voyait à travers les visages".