Les grands de Sylvain Prudhomme

Les grands de Sylvain Prudhomme

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Killing79, le 16 octobre 2016 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 38 ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 262 

La musique de l'Afrique

Présentation de l'éditeur
Guinée-Bissau, 2012. Guitariste d'un groupe fameux de la fin des années 1970, Couto vit désormais d'expédients. Alors qu'un coup d'État se prépare, il apprend la mort de Dulce, la chanteuse du groupe, qui fut aussi son premier amour. Le soir tombe sur la capitale, les rues bruissent, Couto marche, va de bar en terrasse, d'un ami à l'autre. Dans ses pensées trente ans défilent, souvenirs d'une femme aimée, de la guérilla contre les Portugais, mais aussi des années fastes d'un groupe qui joua aux quatre coins du monde une musique neuve, portée par l'élan et la fierté d'un pays. Au cœur de la ville où hommes et femmes continuent de s'affairer, indifférents aux premiers coups de feu qui éclatent, Couto et d'autres anciens du groupe ont rendez-vous : c'est soir de concert au Chiringuitó.


Mon avis: Je n’avais jamais entendu parler de cet auteur jusqu’au jour où je l’ai découvert sur le plateau de la grande librairie. Le thème de son livre ne m’attirait pas outre mesure mais la passion avec laquelle il en parlait m’a plutôt séduit.

Et il est vrai que dès les premières pages, on ressent la passion. Sylvain Prudhomme est un amoureux de l’Afrique et de sa musique et ça transpire dans son texte. L’ambiance, le paysage et les personnages sont bien représentés avec une écriture de très bonne qualité. On déambule en compagnie de Couto dans les ruelles du village, au contact de la population. On découvre le quotidien et les traditions de ce pays, qui délivrent des valeurs aux antipodes des nôtres. C’est donc un véritable dépaysement auquel j’ai assisté et j’ai compris pourquoi on peut être fasciné par ces endroits, où la vie est tellement différente.
Mais en plus d’être un récit sur une culture, « Les grands » est aussi un petit ouvrage sur la nostalgie. La mort de Dulce (je ne dévoile rien, c’est la première page !) est le point de départ de la fin d’un cycle. Après cet événement, en se remémorant le passé, Couto réalise que le monde n’est plus le même et qu’avec lui les codes ont changé. Il constate alors que lui et ses acolytes de l’époque ne sont plus à leur place et qu’ils n’existent plus que dans les souvenirs. C’est un passage de témoins entre les générations mélancolique, à la limite de la tristesse. Heureusement que les tous les protagonistes rencontrés dégagent une humanité débordante et embellissent cette fable exotique.

Mon pressentiment initial rejoint donc ma conclusion. La passion et le style de Sylvain Prudhomme donnent une musique avenante et une dimension humaine à une histoire dont le sujet ne fait pas partie de mes préférés.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Les grands

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les grands".