À tire d'ailes
de Bénédicte Loyen

critiqué par Nathafi, le 29 septembre 2016
(SAINT-SOUPLET - 50 ans)


La note:  étoiles
Une belle claque
Au-delà de nos considérations personnelles, au-delà des chiffres énoncés à la fin, cet ouvrage appelle notre conscience et nous invite, pour un instant, à accompagner un jeune homme Africain fuyant son pays dévasté par la misère et la guerre.

Les photographies très justes suscitent en nous divers sentiments, et un mal-être évidemment. Plus éloquentes que tous les textes sur ce sujet, elles sont agrémentées de quelques mots, de courtes phrases ou petits textes qui en éveillent d'autres en nous, plus froids, plus durs, plus réalistes. Car malgré la tragédie, la photographe pose en douceur ses clichés, interpelle notre regard dans un premier temps, puis notre esprit, et nous réveille le coeur.

Et cet enfant qui veut déployer ses ailes pour rejoindre l'Occident a le pouvoir de nous émouvoir, nous fait ranger au placard notre aversion et nos craintes, nous invite à le suivre dans ce dangereux périple, envers et contre tout.

C'est beau, ça remue les tripes et donne à réfléchir. Une parenthèse bien utile en ces temps tourmentés, pour s'imaginer cinq minutes à la place de ce petit homme qui fuit.
Pari réussi.