Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Hcdahlem, le 23 septembre 2016 (Inscrit le 9 novembre 2015, 60 ans)
La note : 10 étoiles
Moyenne des notes : 8 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (10 079ème position).
Visites : 2 134 

Repose-toi sur moi

Fort souvent la rencontre fortuite de deux personnes qui, à priori, n’ont rien de commun donne un résultat intéressant. Le filon a beaucoup été utilisé au cinéma, il est ici au cœur du nouveau – et formidable – roman de Serge Joncour.
«L’écrivain national» dresse tout d’abord le portrait de Ludovic, aussi impressionnant par ses mensurations que posé dans son attitude, une sorte d’ours solitaire mais zen, qui vient de la vallée du Célé dans le Lot et travaille à Paris ou plus souvent en banlieue. Il est chargé de recouvrer des dettes auprès de particuliers. Un métier difficile, mais qui lui convient mieux que de rester enfermé dans un bureau.
De l’autre côté de son petit appartement vit Aurore, son mari, et ses deux enfants. Elle conçoit des modèles pour une entreprise de prêt-à-porter, jongle avec ses rendez-vous et l’emploi du temps de ses enfants et croise à peine un mari qui est plus souvent occupé à ses affaires, brasser des millions, que soucieux du bien-être de sa famille.
Quand Aurore croise Ludovic, elle prend peur. Cet homme imposant ne lui dit rien qui vaille. Il va toutefois se montrer avenant et l’aider à se débarrasser de corbeaux qui ont envahi la petite cour. En montant l’escalier pour le remercier, elle va croiser une voisine à laquelle elle n’avait pas vraiment fait attention et se rend compte combien sa vie, comme des milliers de Parisiens, se passe à courir sans vraiment s’intéresser aux autres. Et que cet homme est justement l’antithèse de ceux qu’elle côtoie au quotidien, capable d’actes désintéressés, capable d’attention. Un refuge. D’ailleurs c’est Ludovic qui sera là le jour où le chauffe-eau a brutalement lâché et qu’une inondation menaçait l’appartement puis l’immeuble tout entier.
Aussi est-ce presque malgré eux qu’ils vont aller l’un vers l’autre, attirés par une soif commune de remplir le vide de leur existence.
« En se serrant contre cet homme, en s’y plongeant avec tout ce qu’elle mobilisait de forces, elle embrassait l’amour et le diable, la peur et le désir, la mort et la gaîté, elle avait la sensation de se perdre en plein vertige dans ces bras-là, d’être embarquée dans une spirale qui n’en finirait jamais de les avaler. Désormais ils n’étaient plus neutres tous les deux, ils n’étaient plus ces deux amants fugaces que tout sépare. Â compter de ce jour, elle se sentait irrémédiablement liée à cet homme, de fait ils étaient enchaînés, ligotés, réunis…»
Chevalier servant et chevalier blanc, Ludovic va alors aussi aider Aurore lorsque cette dernière se verra confronter à une basse manœuvre de son associé afin de l’évincer de la société qui porte son nom pour produite à bas coût à l‘étranger et étendre la gamme des produits. Avec un associé lui aussi sans scrupules, il veut faire de la marque «Aurore Dessage» une machine à cash. Des adversaires qui sont d’un autre calibre que sont que Ludovic côtoie chaque jour. Il va bien vite s’en rendre compte, mais voudra mettre un point d’honneur à faire plier les escrocs. Un jeu dangereux qui va finir par mettre en péril les deux amants.
On savait Serge Joncour excellent observateur de notre quotidien, sachant parfaitement mettre en scène les milieux qu’il décrit sans oublier les détails qui crédibilisent le récit. Avec le sens de la formule qu’on lui connaît, il ajoute encore une dimension supplémentaire à ce roman, à savoir une tension palpable dès les premières lignes et qui ne quittera pas le lecteur jusqu’au bout, si bien qu’on ne voit pas passer les 427 pages qui mènent à l’épilogue. Du très grand art que j’imagine bien voir récompensé par un Prix littéraire, même si les jurés du Goncourt ne semblent pas encore l’avoir lu jusqu’ici.
http://urlz.fr/474o

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Au bon endroit, au bon moment

8 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 60 ans) - 4 janvier 2018

L'histoire d'une rencontre improbable entre Aurore, belle jeune femme chef d'entreprise, milieu social élevé, maman de deux enfants, épouse d'un homme d'affaires américain brillant, et Ludovic, "péquenot" solitaire et entier.
Une jolie et touchante histoire d'amour entre deux êtres confrontés à leurs soucis personnels, mais aussi à leurs différences, effarés par cette attirance qui les unit, qui les rend indispensables l'un à l'autre ; tout en sachant que leur union n'est pas viable, que leur amour ne peut survivre à tant d'écart.
Mais chacun va se surpasser, accorder à l'autre une confiance jamais ressentie.
Sur une intrigue d'une grande banalité, Serge Joncour écrit un livre touchant, un "feel good book" qui tombait parfaitement bien en cette période festive de fin d'année.
Un indéniable, authentique et simple plaisir de lecture autour de personnages attachants... de corneilles et de tourterelles.

Dommage.

6 étoiles

Critique de Monocle (tournai, Inscrit le 19 février 2010, 59 ans) - 9 mai 2017

Repose-toi sur moi est une histoire d'amour entre deux êtres que tout sépare. Chacun vit avec ses bagages et ses cicatrices mais les sentiments sont un phénomène chimique et il est difficile de lutter contre leurs conséquences.
Donc Aurore et Ludovic vont vivre une histoire remplie de rebondissements.

Serge Joncour m'avait complètement bluffé avec l'écrivain national (un pur régal) mais ici j'ai trouvé ici des situations téléphonées et un scénario un peu eau de rose.
Certes, l'auteur a une plume talentueuse mais ici j'ai eu eu l'impression que son talent était bridé.
Dommage.

Elle et lui

10 étoiles

Critique de Nathavh (, Inscrite le 22 novembre 2016, 54 ans) - 19 janvier 2017

Aurore Dessage est une styliste prometteuse, la quarantaine. Elle est mariée à un riche homme d'affaires américain se dévouant corps et âme à son business. Elle est maman de jumeaux de six ans. Elle a apparemment tout pour être heureuse. Mais Aurore a la boule au ventre, elle a peur car son associé lui met des bâtons dans les roues, magouillant pour prendre le contrôle de l'entreprise. Aurore est perdue et lorsqu'elle rentre chez elle aussi elle a peur car de vilains corbeaux ont envahi la cour de son immeuble. Son espace arboré qu'elle adorait s'est transformé en jardin de la peur. Elle déteste ces corbeaux noirs qui croassent lorsqu'elle rentre. Elle se sent menacée, angoissée.

Ludovic, 46 ans, 1m95, 102 kilos. C'est un colosse aux pieds d'argile, un ours maladroit, un dur d'apparence au grand coeur. Il a quitté son Célé natal il y a trois ans. Quittant tout, fuyant la perte de l'amour de sa vie. Il y a trois ans, Mathilde est morte terrassée par un cancer, la faute aux phytos utilisés dans l'agriculture, il en est convaincu. Il a quitté son exploitation agricole laissant sa maman vieillissante, perdant ses repères avec sa soeur et son beau-frère. Il fallait partir, impossible de vivre tous de l'exploitation, la vie est difficile. Il pensait qu'en venant à Paris il ne serait pas seul en ville, mais Paris c'est la solitude avant tout, on y regarde les gens qui nous entourent comme une affiche, sans plus.

Il est devenu recouvreur de dettes, car il faut qu'il bouge, impossible pour lui de rester dans un bureau. Il vit dans l'immeuble en face de celui d'Aurore. Un immeuble très moderne contrairement au luxueux immeuble d'en face. Il traverse la cour lui aussi pour rentrer chez lui.

Ils n'ont rien en commun, venant chacun d'un monde opposé, Aurore est ce qu'il exècre. Leurs immeubles se faisant face, cette cour qui fait penser à l'univers "Hitchcockien" "Fenêtre sur cour" ou encore "Les oiseaux" car ces corbeaux noirs qui prennent possession des lieux sont terrifiants pour Aurore. Ludo aime rendre service et il débarrassera les lieux de ces volatiles.

Peu à peu, ils se croiseront et deviendront attirés l'un vers l'autre comme des aimants. Une rencontre émouvante, une histoire d'amour naissante ? Une épaule sur laquelle se reposer ?

Je découvre la plume de Serge Joncour et quelle belle découverte. Alternant descriptions et dialogues, les pages se tournent rapidement.

L'écriture est intense, intimiste, tendre, poétique, drôle et touchante. Oui tout cela à la fois, Serge Joncour a une écriture subtile et son titre est bien choisi, vous le comprendrez en fin de récit.

Il va dans la profondeur de l'âme et de la psychologie des personnages en opposition, mettant en avant les failles et la fragilité de chacun. Il met en avant de vrais sujets de société : la solitude, la famille, la campagne versus la ville, les crises existentielles de chacun. C'est profond, rempli d'humanité et d'amour.

Une très belle découverte de la rentrée, un livre qui m'a émue. Une plume que je vous conseille vivement et que je vais creuser de mon côté.

Un joli ♥

L'amour façon Joncour

8 étoiles

Critique de Killing79 (Chamalieres, Inscrit le 28 octobre 2010, 39 ans) - 11 octobre 2016

J’avais passé un moment très sympa avec « L’écrivain national », le précédent livre de cet auteur. J’en gardais un souvenir empli d’humanité.
Dans ce nouvel opus, Serge Joncour se positionne une nouvelle fois comme un écrivain de proximité. Il est proche de ses héros qui ne sont jamais des personnes hors du commun, mais plutôt des acteurs du quotidien. Il s’intéresse donc aux petites gens que l’on peut croiser dans la vie de tous les jours. Ils sont bien sûr tous différents, issus de classes sociales différentes mais ils font tous partie de notre monde. Et c’est là tout la force de ses textes où le lecteur se sent concerné par l’aventure.

Une nouvelle fois, l’action se déroule principalement dans un petit univers, une copropriété, avec un nombre limité de personnages. Les personnalités de chaque protagoniste sont particulièrement approfondies. On peut alors se passionner pour ces individus que l’on a l’impression de connaître. L’auteur en profite pour mettre en opposition l’isolement de la campagne profonde et la densité de la ville. On découvre les divergences de caractère, de comportement, d’ambition et de vision des choses entre les deux mondes.
Mais c’est principalement l’amour qui est le cœur de ce nouveau roman. Et quand l’amour est porté par le style délicat de Serge Joncour, ça donne une histoire d’une grande sensibilité. J’ai été emporté par cette relation surprenante et pourtant extrêmement touchante. Les émotions dégagent de la sincérité et j’ai vécu toutes les scènes, comme impliqué personnellement dans cette relation amoureuse.

Sous l’apparence d’une histoire banale, Serge Joncour nous narre donc une aventure humaine emplie de surprises et de rebondissements. Je ne me suis jamais ennuyé et j’ai tourné les pages avec plaisir. Aurore et Ludovic sont des personnages antagonistes auxquels je me suis attaché. L’écriture d’une grande justesse est encore le point fort qui sublime le propos. Le seul reproche que je peux faire, est qu’à la fermeture du livre, j’ai eu le sentiment d’avoir assisté à une histoire un peu mièvre et pleine de clichés, mais sous la plume de ce grand écrivain, le résultat se révèle plus intense et surtout plus vrai.

Forums: Repose-toi sur moi

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Repose-toi sur moi".