L'antirégime - Maigrir pour de bon
de Michel Desmurget

critiqué par Elya, le 24 septembre 2016
( - 27 ans)


La note:  étoiles
Comment perdre du poids sans grandes promesses
Michel Desmurget est neuroscientifique de profession. Il a écrit par le passé des ouvrages sur des thèmes divers (impact sanitaire de la consommation télévisuelle, système politique et économie états-unien, apprentissages moteurs) mais qui avaient pour point commun de s'appuyer sur la littérature scientifique plutôt que sur des expériences personnelles. Cette fois encore, l'auteur privilégie les données scientifiques plutôt que les témoignages et expériences de quelques individus pour forger son argumentaire sur comment perdre du poids rationnellement, bien qu'il s'adresse toujours au grand public et non à des spécialistes du champ. Comme dans ses précédents livres, il s'appuie partiellement sur son histoire personnelle, mais uniquement à titre illustratif. Il a en effet été en surpoids puis obèse pendant de nombreuses années. Cet état ayant un impact négatif sur sa santé à court et long terme, il a alors suivi différents régimes, n'échappant pas à l'effet yo-yo. Épluchant la littérature scientifique consacrée au sujet, il a réalisé à quel point la plupart des régimes amaigrissants populaires (tels que le régime Dukan ou la chrononutrition) sont en fait délétères pour la santé et ont sur le long terme tendance à faire prendre plutôt que perdre du poids.

Dans une premier temps, Michel Desmurget dresse un portrait des prétentions des régimes les plus en vogue dans les médias et de ce sur quoi ils s'appuient pour prétendre être efficace. En guise de preuve, par exemple, Pierre Dukan affirme que plus de 3 millions de français ont essayé son régime, nous livrant là un bel exemple d'appel au peuple pour légitimer voir prouver l'efficacité de son régime. Il passe ensuite en revue le manque d'efficacité de ces régimes, avec pour corollaire leur nocivité. L'auteur ne s'enferme pas dans une simple critique, bien qu'elle serait à elle seule salutaire, mais propose aussi une méthode pour perdre et contrôler son poids, de manière très progressive, en jouant sur les "entrées" et les "sorties". Il s'agit d'estimer précisément ses besoins journaliers en calories en fonction de son poids, son sexe et ses activités de la vie quotidienne. En fonction du poids ciblé, il s'agira de réduire la prise quotidienne juste en deçà d'une certaine limite pour ne pas trop ressentir sur le long terme le manque calorique, qui conduirait à l'effet yo-yo si redondant dans les régimes habituels. Pour mettre en place ces habitudes alimentaires, l'intéressé.e pourra évoluer en autonomie ou en étant guidé.e par un.e professionnel.le de santé.

L'auteur ne s'abstient pas d'invoquer les différentes motivations qui peuvent conduire à modifier son régime alimentaire : sanitaires, environnementales, éthiques etc. Il explique en quoi le surpoids et l'obésité sont le résultat d’interactions impliquant des prédispositions génétiques, un milieu plus ou moins obésigène et des habitudes alimentaires prises durant les premières années de vie, ce qui peut être déculpabilisant. Il relate des données intéressantes concernant la discrimination exercée à l'égard des gros.se.s, qui sont souvent beaucoup plus importantes que celles envers les personnes noires. Les personnes qui s'investissent dans la cause anti-raciste sont plutôt adulées ; il est difficile d'imaginer la même chose envers des personnes qui défendraient la cause des "gros", par exemple qui lutteraient contre le fait que ceux-ci restent plus souvent sur la touche lors des entretiens d'embauche même à niveau d'expérience et de formation égale avec des personnes minces.

Comme dans ses précédents ouvrages, Michel Desmurget manie une plume qui peut être perçue tout autant comme distrayante et attrayante qu'agaçante et superflue. Il ne mâche pas ses mots quant il critique les dires (rarement les personnes) des commerçants en régime, allant jusqu'à les qualifier d'"affligeante bouillie pseudo-scientifique". Mais cela est systématiquement argumenté et sourcé, ce qui est plutôt rare dans le domaine.

Sans nul doute un ouvrage à laisser traîner dans vos toilettes quand vous recevez un.e de vos ami.e.s en prise avec son poids !