Salvador Dali ou l'ivresse des rêves
de Frederic Ballester

critiqué par Veneziano, le 17 septembre 2016
(Paris - 39 ans)


La note:  étoiles
Rêves et fantasmes dessinés et gravés
Connu pour ses peintures, Salvador Dalì s'est également illustré dans le dessin, la gravure et la lithographie. Les thèmes restent ceux bien connus : en Pape auto-proclamé du surréalisme, il demeure fidèle aux rêves, fantasmes, femmes nus, corps à tiroirs ou étirés, des Don Quichotte, chevaliers et fées, effeuillages et scènes incongrues. L'analyse psychanalytique y est toujours présente, le désir également. Certaines de ces oeuvres semblent fort être les préparatifs des oeuvres peintes plus connues. Ainsi, cette collection privée ressemble au laboratoire ou à une sorte de boîte à idées où seraient filées ou préparées toutes les grandes toiles de l'artiste. Elle permet d'apprécier la qualité du dessin et la pureté des lignes, là où on est plus habitué à celle des formes.
Il s'agit donc du catalogue d'une exposition, tenue au Musée de la Malmaison, à Cannes. Elle est assez courte, l'ouvrage garde donc une dimension raisonnable. Il est intéressant : il permet de ressentir l'artiste à l'oeuvre, dans la conception de ses idées et de projets plus ambitieux.