Une petite chose sans importance : Chroniques lunaires d'un garçon bizarre de Catherine Fradier

Une petite chose sans importance : Chroniques lunaires d'un garçon bizarre de Catherine Fradier

Catégorie(s) : Enfants => 12-15 ans , Littérature => Francophone

Critiqué par Cyclo, le 15 septembre 2016 (Bordeaux, Inscrit le 18 avril 2008, 71 ans)
La note : 10 étoiles
Visites : 790 

superbe plaidoyer contre les préjugés

Catherine Fradier publie avec "Une petite chose sans importance" son premier roman jeunesse au Diable vauvert : disons tout de suite qu'elle ne se moque pas des jeunes et que les adultes peuvent lire aussi cet excellent roman.

Les héros sont deux adolescents : Sacha a 13 ans 9 mois et 6 jours, il est atteint du syndrome d'Asperger et ne vit que par les chiffres (d'où sa manière de compter son âge !), il connaît des milliers de décimales de Pi dont il utilise les chiffres pour écrire ses "chroniques lunaires d'un garçon bizarre" qui débutent ainsi : "Kim a rêvé y bâtir librement sa cabane parmi les hauts buissons ombrageux évitant crânement les vauriens tués au poison... (chaque mot comprend le nombre de lettres des chiffres constituant le nombre Pi : 3,1415926535897938426...). Il ne va pas plus à l'école, où il était brimé par ses camarades (ils ont même failli le tuer) et vit avec sa mère, médecin humanitaire, qu'il suit dans ses pérégrinations. Au moment où commence le roman, ils sont dans un campement en République Démocratique du Congo, le Refuge, où le docteur Souriau et son équipe soignent seize enfants-soldats pouvant être régénérés, loin des violences qu'ils ont subies et commises : tueries, pillages, viols... Sacha est le narrateur, et très rapidement nous savons qu'il est Asperger, trouble autistique qui donne des fortes difficultés dans les relations sociales, associées à des comportements répétitifs, méticuleux. Sacha doit donc, en dépit de sa nature, s’adapter à un environnement variable et nouveau pour lui à chaque campagne de sa mère. Ici, tout se passe presque bien (sauf qu'il ne supporte pas plus qu'ailleurs la couleur marron, ni qu'on le touche, ni que les aliments soient mélangés dans son assiette) jusqu'à l’arrivée d’une adolescente à peine plus âgée que lui, Destinée, elle-même ex-enfant-soldat, et qui n'a qu'une envie, rejoindre les rebelles qui l’avaient capturée afin de récupérer son bébé resté là-bas, puis rejoindre ensuite son village. Les deux enfants (car bien sûr, ils ne sont pas adultes, malgré leurs singularités) vont peu à peu se parler, s'apprivoiser, apprendre le passé de chacun et sa particularité, se lier d'une profonde amitié, et Destinée va entraîner son jeune ami dans la difficile aventure de recherche et de récupération du fameux bébé, prénommé Espoir…

On a donc d'un côté un garçon affligé d'un syndrome qui le handicape socialement et de l’autre, une fille devenue bien plus mature par la force des choses. Si les enfants-soldats ont souvent été héros de romans, c'est la première fois que je vois le thème du syndrome d'Asperger abordé. L'auteur s'y prend avec beaucoup de finesse, n'oublie pas que le narrateur est un jeune garçon Asperger, et donc qui retranscrit assez directement ce qui lui passe par la tête. Ici, l'abondante documentation de l'auteur (qui ne transparaît pas, mais est sous-jacente en permanence), lui a permis de se glisser dans la peau de Sacha et aussi de Destinée. On apprend ainsi "que si cette région n'avait pas eu un sous-sol aussi riche convoité par les multinationales du monde entier spécialisées dans les hautes technologies, les gens de cette région vivraient très certainement en paix dans leur village et ne se seraient pas entassés dans les camps de la Monusco [Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo] pour échapper aux différentes factions qui s'entretuent, massacrent, violent et pillent", et quand ils sont chez les rebelles, Destinée fait remarquer au garçon, quand un éboulement dans la mine fait tout un tas de tués, que "Ici, on est au Kivu. Personne ne se préoccupe de savoir comment on peut sauver les hommes. Même Dieu nous a oubliés". Le narrateur nous confie ses actes, ses pensées, ses peurs, ses motivations, son amitié pour Destinée, à qui il ne veut pas retirer l'espoir. Il en devient le confident, et l'amitié devient réciproque malgré les difficultés relationnelles de Sacha, à moins que ce ne soit grâce à elles. Un très beau livre, avec des personnages auxquels on s'attache, à l'intrigue haletante, et qui permettra aux adolescents et aux autres d'appréhender les richesses nées de la différence, par-delà les préjugés habituels.

En ces moments de forte tension chez nous à propos des réfugiés, c'est un formidable livre qui nous rince le cerveau et qui nous rafraîchit.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Une petite chose sans importance [Texte imprimé], chroniques lunaires d'un garçon bizarre Catherine Fradier
    de Fradier, Catherine
    Au diable Vauvert
    ISBN : 9791030700299 ; EUR 12,00 ; 11/03/2016 ; 176 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Une petite chose sans importance : Chroniques lunaires d'un garçon bizarre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Une petite chose sans importance : Chroniques lunaires d'un garçon bizarre".