Carnets
de Henry James

critiqué par Grandgousier, le 21 août 2016
( - 54 ans)


La note:  étoiles
Au cœur de l'acte créatif
Ces carnets rédigés par Henry James de 1878 à 1911 n'étaient pas destinés à être publiés. Ils ont échappé par miracle au sort des notes, romans inachevés et manuscrits qu'Henry James a détruits à la fin de sa vie.
Retrouvés en 1937 dans un sous-sol à Harvard, ces 9 carnets constituent un témoignage impressionnant et unique sur les rouages intérieurs de la vocation d'écrivain.
Miroir sidérant de l'extraordinaire puissance créative d'Henry James qui couche sur ces carnets les idées de départ et les développements de ses romans et nouvelles, ce livre nous permet d'assister "de l'intérieur" au développement de son œuvre.
Mais ces Carnets constituent également un témoignage poignant sur la difficulté de se consacrer à sa vocation d'écrivain quand il faut vivre de sa plume: réussir à vendre ses récits des voyages de jeunesse, produire à un rythme rapide des nouvelles qui doivent se limiter à 10 000 mots (une torture stérilisante pour Henry James, brillant analyste des rapports humains, et qui n'y arrivera d'ailleurs jamais), échec de sa véritable ambition, devenir un auteur de théâtre reconnu,...