Le Baume du dragon
de Silvana Gandolfi

critiqué par Page , le 21 août 2016
(Rennes - 29 ans)


La note:  étoiles
Il était une fois dans l’Est
Remarquons tout d’abord que le baume du dragon, quoique moins connu que le baume du tigre, est un authentique médicament chinois traditionnel. « Vous autres Occidentaux ne savez pas vous taire [...] Mais ce n'est pas votre faute. Vous n'avez pas appris à accepter votre destin, votre karma ». Voici une phrase de cet ouvrage qui caractérise le choc des mentalités entre occidentaux et indigènes hindouistes ou bouddhistes tibétains.

En effet dans ce récit, à connotation onirique, on découvre des traditions tibéto-népalaises matinées d'hindouisme par le biais d’une auteure qui donne la priorité à l’imagination sur la documentation. Toutefois l’histoire est assez délirante, ce qui lui permet de porter une bonne dose d’humour, parfois un peu facile comme avec la clinique de chirurgie esthétique Onvoudéfigur.
Un Américain Andrew se voit confier par un sage errant (un sadhu) un pot de baume du dragon. N’arrivant pas à le remettre à une kumari (une jeune fille vénérée comme une déesse vivante, jusqu’à sa puberté, au Népal), il va goûter cette crème.

Les conséquences s’en font sentier immédiatement par un très progressif rajeunissement. Comment combattre cette action ? Il va falloir aller chercher un antidote dans des lieux fréquentés par le yéti. Voici donc un conte qui devrait enthousiasmer les collégiens et susciter chez eux un intérêt pour les régions de l’Himalaya.

On trouvera un très bon prolongement à la lecture de cet ouvrage de Silvana Gandolfi par la découverte de l'époustouflante BD "Le sixième dalaï-lama" de Guo Qiang et Zhao Ze, sortie à la mi-août 2016 chez Fei.