Galàpagos de Kurt Vonnegut

Galàpagos de Kurt Vonnegut
(Galápagos)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Tistou, le 20 août 2016 (Inscrit le 10 mai 2004, 62 ans)
La note : 6 étoiles
Visites : 807 

Un Million d’années plus tard …

Qu’est-ce qui n’est pas bizarre avec Kurt Vonnegut ? Je vous le demande … Le monsieur a l’art et la manière de se foutre du monde tout en mettant en perspectives de gros sujets bien lourds. Ca ne manque pas avec « Galapagos », bien sûr.
De quoi est-il question ? Ni plus ni moins de l’extinction de l’humanité, en 1986.

« C’était il y a un million d’années, « en l’an de grâce 1986 ». Un petit groupe de naufragés du paquebot Bahia de Darwin s’était réfugié sur l’île de Santa Rosalia, dans l’archipel des Galapagos. A peu près au même moment, un mystérieux virus décimait les habitants de la planète. Mais les rescapés du Bahia de Darwin, la « deuxième arche de Noé », étaient épargnés … »

Mais pas que de ça. Oh non ! Kurt Vonnegut se moque littéralement de Darwin (enfin se moque-t-il ?) et fait part de ce qu’il considère comme le principal handicap des humains (avant qu’ils soient décimés donc), j’ai nommé : la taille de leur cerveau. Trop gros, trop important.
Heureusement une nouvelle race va se développer sur l’île de Santa Rosalia, dans l’archipel des Galapagos. Au cerveau dieu merci de taille plus réduite. Et plus apte à nager pour survivre en attrapant les poissons, les mains vont devenir des espèces de nageoires … bref, Kurt Vonnegut nous fait une démonstration d’évolution de l’espèce, toute darwinienne.
Mais l’essentiel du roman se déroule en 1986, en Equateur, d’où doit s’élancer le gratin des célébrités mondiales à bord du paquebot Bahia de Darwin pour sa croisière inaugurale ; « Nature : la Croisière du Siècle ». Manque de chance, tout va mal en Equateur – et un peu partout d’ailleurs – tout vient à manquer pour la population locale, et notamment la nourriture, et c’est le moment que choisit le Pérou pour ouvrir des hostilités avec l’Equateur.
Personne ou presque ne se présente à l’embarquement, hormis un curieux condensé de je n’ose pas dire humanité.
L’histoire après est d’une improbabilité totalement assumée, comme souvent (toujours ?) avec Kurt Vonnegut, mais prétexte à philosophie ou réflexions sociétales, l’air de rien.
C’est totalement bizarre. Ca peut en être irritant parfois. Mais au moins nous savons que nous sommes voués à l’extinction et que, peut-être, une poignée d’individus survivra quelque part et refondera une nouvelle race (espèce ?). C’est la vision de Kurt Vonnegut. Désabusée et sans beaucoup d’espoir.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Galápagos [Texte imprimé] Kurt Vonnegut trad. de l'américain par Robert Pépin
    de Vonnegut, Kurt Pépin, Robert (Traducteur)
    B. Grasset / Les Cahiers rouges (Paris. 1983)
    ISBN : 9782246371922 ; EUR 8,85 ; 15/06/1994 ; 282 p. ; Poche
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Galàpagos

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Galàpagos".