Le bonheur selon Tchouang-tseu
de Yu Dan

critiqué par Colen8, le 16 août 2016
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Aperçus poétiques de la sagesse chinoise
Dans la tradition philosophique de la Chine d’avant l’Empire, Confucius a semble-t-il la plus grande notoriété. Après lui est venue la doctrine taoïste établie par Lao-Tseu dont Tchouang-tseu est l’un des continuateurs. Ce dernier prône l’élévation intérieure qui libère des liens matériels comme la recherche de la richesse ou des honneurs pour conduire à l’éveil de la vie. Ce serait selon lui le plus droit chemin vers le bonheur conçu comme la joie du cœur et l’épanouissement de l’âme. Publié dans une édition de qualité, joliment écrit et surtout conté à partir de fables, légendes, mythes, paraboles, commenté avec des exemples parallèles pris à l’époque contemporaine, plaisamment illustré d’aquarelles de Yang Changhuai et Yang Yan, agréablement traduit, c’est un livre sympathique plein de fraicheur et de poésie à mettre entre toutes les mains.