Le Génie des alpages, tome 5 : Les intondables
de F'Murr

critiqué par Septularisen, le 5 août 2016
(Luxembourg - 50 ans)


La note:  étoiles
ALPAGES EN FOLIE!
«Les Intondables », est le cinquième tome de la série « Le Génie Des Alpages » de F’MURR et date de 1980. Comme toujours avec cette série, nous sommes ici dans le comique le plus absolu et bien sûr toujours tout là-haut, là-haut, dans les Alpages. Nous nous retrouvons en compagnie d'Athanase Percevalve, le berger, de Georges son chien bien plus passionné par l'astronomie que par la tâche de rassembler les brebis (tâche qu'il délègue d'ailleurs souvent...), , de Romuald le bélier noir à qui rien ne résiste et bien sûr… de la myriade de brebis, (118 en tout, parmi lesquelles Caramelle, Judicaëlle, Gargonelle, Armelle, Manivelle, Ashodèle, Radicelle, George Sand, Eugénie Grandet, Camionette etc…), aussi intelligentes les unes que les autres, aussi totalement cinglées les unes que les autres !

Rappelons que la caractéristique de cette série est que tous les animaux parlent. Ici le chien se tient à deux pattes et s’adresse directement à son maître (avec qui il a souvent des conversations d’ordre philosophique…), les brebis jouent aux échecs et s’entendent entre elles pour ne pas se « faire tondre », les aigles s’adressent aux brebis qu’ils se préparent à enlever, et les lapins commentent stoïquement le tout!

Facile dès lors de comprendre que la suite est faite de situations toutes plus ou moins burlesques. Ainsi p. ex. une brebis qui revient du Tibet où elle à appris à léviter (et qui dès lors devient un gourou pour les autres), un bouc jette les montagnes dans des précipices, un fer à repasser traverse le ciel dans la nuit, ou encore la mort qui viens chercher « sa moisson », sous la forme d’une très belle jeune femme, très légèrement habillée en style gothique, et donc la faux ressemble plus à un long fouet qu’à une vraie faux! Inutile ici de dire que tout le monde, animaux comme humains, veut « partir » avec elle!

Comme tous les albums de cette série, on alterne une série de gags sur deux planches tous plus déjantés les uns que les autres. On verra ainsi p. ex. un pétrolier passer dans le ciel, tel un OVNI! J’ai trouvé le scénario marrant, mais pas hilarant comme je l’aurais voulu, certains gags tombent même parfois un peu à plat. Encore une fois c’est d’un bon niveau, sans être extraordinaire non plus !

Par contre, je suis toujours plus sévère sur le dessin. Déjà, je ne comprends pas le fait d’avoir remplacé le berger présent dans les premières aventures par le personnage Athanase Percevalve. Non que je n’aime pas son nom, mais le premier berger faisait beaucoup plus vrai! Était bien mieux dessiné, dans le sens qu’il ressemblait vraiment à un berger des alpes françaises… Tandis que le nouveau personnage fait plus artificiel, est très mal dessiné notamment au niveau du visage, avec ses yeux globuleux, et surtout fait penser à un basque avec son béret sur la tête!... Sinon, en règle générale, je trouve les dessins non finis et brouillons, comme mal dégrossis, mais qui correspondent bien aux goûts et aux couleurs de l’époque.

Une série à part dans l’univers de la BD, surtout pour sa faculté à nous replonger dans notre enfance, mais qui je trouve a plutôt mal vieilli.