Ecorces : Galerie d'art à ciel ouvert
de Cédric Pollet

critiqué par Fanou03, le 25 juillet 2016
(* - 42 ans)


La note:  étoiles
Une tectonique végétale
Magnifique ouvrage que cet Écorces: Galerie d’art à ciel ouvert qui révèle la beauté cachée des épidermes des arbres et des arbustes ! L’auteur ceci dit n’en est pas à son coup d’essai en la matière, puisqu’il avait déjà commis un premier volume en 2008 sur cette même thématique. Cédric Pollet ne s’en cache pas, dans son introduction: les écorces choisies pour figurer dans cette galerie d’art à ciel ouvert l’ont été parce qu’elles sont parmi les plus belles. On veut bien le croire, quand on voit la stupéfiante variété de formes et de couleur, qui explosent à chaque page ! Les gros plans, la plupart en pleine page de ce livre grand format, mettent en valeur les différentes textures de façon tout à fait superbe.

C’est donc véritablement un "beau livre", un livre d’art, habité par une poésie exubérante, qui nous permet de contempler une véritable tectonique végétale, une géologie inattendue et merveilleuse (pour n'en citer que quelques exemples: les lamelles fines, toutes en nuance de pourpre de l'arbousier hybride; les lenticelles béantes de l'écorce du Philodendron; l’étonnante écorce caramel du Dillenia excelsa...) mais aussi un guide naturaliste et raisonné.

En effet, comme pour répondre à ce foisonnement débordant, le livre arbore un agencement plutôt rigoureux, presque austère. Les espèces sont classées alphabétiquement par leur dénomination latine, sans commentaire supplémentaire. Afin de rompre la monotonie que pourrait engendrer la succession des clichés en plein page, certaines écorces sont présentées sur une double page, ou côte-à-côte pour montrer par exemple la variation au sein d’une même espèce, selon les conditions environnementales ou l'âge de l’individu.

Tout cela est assez fascinant: l’âme se perd un peu dans les dédales parfois torturés de ces étranges écorces, comme dans un paysage d’une planète lointaine, abîmé de cratère et de lave. Écorces... nous fait méditer sur les voies secrètes de la Nature et nous incite à porter le regard un peu plus près sur ces mondes vivants que nous côtoyons sans toujours y prêter attention.