Emmanuelle T 01
de Guido Crepax

critiqué par Antihuman, le 1 juillet 2016
(Paris - 34 ans)


La note:  étoiles
"Tout ! J'enlève tout !"
Ce roman graphique, qui est une adaptation du livre culte "Emmanuelle" de E. Arsan est désormais un classique de la BD érotique.

Toutes les figures de style y sont et l'on trouve également dedans des dessins qui pourront sembler osés pour quelques uns... Cependant je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait là d'un chef d'oeuvre, d'autant plus que l'humour y est minime et les gimmicks peu originaux.

Rédigé à une époque plus naïve (et peut-être aussi plus fraîche) c'est dans l'acte pur qu'Emmanuelle trouve sa jouissance et assez peu dans la rébellion. D'ailleurs Emmanuelle est le seul personnage intéressant, la femme libérée sur laquelle tout repose et qui fait avancer le zeitgest intime du récit: son mari falot et son initiateur Mario n'ont aucune importance et lui servent beaucoup plus d'instruments.

En soi la lecture d'"Emmanuelle" de Guido Crepax sera donc surtout surréaliste voire chimérique.