William Conrad
de Pierre Boulle

critiqué par Fabert, le 12 juin 2016
( - 66 ans)


La note:  étoiles
Une taupe retournée
1935, William Conrad arrive à Londres. Né à Dantzig d'un père polonais et d'une mère écossaise, il va s'intégrer à la bonne société britannique grâce à son intelligence, sa culture étendue et ses talents d'écrivain.
1942, le gouvernement britannique le charge de réorganiser son service de propagande en ignorant qu'il est un espion infiltré par le parti nazi... mais
L'Intelligence Service veille.
Pierre Boulle dans un style plaisant et vivant , nous raconte la métamorphose du héros. Nous sommes en plein dans les paradoxes. William obéira jusqu'au bout à ses chefs nazis qui lui disaient "Vous devez agir comme un anglais, vous êtes anglais de coeur. Imprimez cela dans votre cerveau"