Fils de l'eau
de Gu Byeong-mo

critiqué par Pucksimberg, le 11 juin 2016
(Toulon - 37 ans)


La note:  étoiles
Le garçon du lac coréen
Un père désespéré choisit de se noyer avec son fils dans un lac. Le suicide ne se déroulera pas exactement comme prévu. L'enfant développe des branchies et survit. Un vieil homme le recueille et s'en occupe comme il l'aurait fait avec son propre fils ou son petits-fils. Le vieil homme avait déjà à sa charge son véritable petit-fils Kangha, garçon assez violent, dur et peu attachant, du moins au départ.
Le lecteur suit donc l'existence de ce garçon que l'on cache car il est hors-norme. Des écailles brillantes apparaissent sur son corps ...

Ce roman est fascinant et très agréable à lire. Ce garçon, prénommé Gon, intrigue et le lecteur a envie de connaître son quotidien. La violence reste au centre même de cette histoire. Kangha n'est pas toujours tendre, la société non plus. Lorsque la mère de Kangha réapparaîtra, les choses ne seront pas forcément très faciles. Et puis il y a le risque que l'on découvre l'existence de Gon qui se plaît à nager tel un poisson dans le lac, mais qui pourrait devenir un animal de foire ...
Le roman n'est pas pour autant déprimant car derrière cette dureté de l'existence, il y a une part d'humanité qui séduit. Les êtres sont parfois rustres mais leur sincérité est touchante.

Il y a surtout de la poésie dans cette histoire, dans les rêves décrits et les cauchemars, dans les hallucinations, dans cette relation humaines aux frontières du réel. Plus qu'un roman, ce texte est une fable dont je ne délivrerai pas le message bien évidemment.
On ne s'y ennuie pas une seule seconde. On rencontre de nombreux personnages. L'histoire n'est pas toujours linéaire et les narrateurs varient selon les chapitres. Un texte très agréable à lire.