L'amant japonais
de Isabel Allende

critiqué par Ddh, le 4 juin 2016
(Mouscron - 76 ans)


La note:  étoiles
Une saga incroyable
Ichimei est l'amant japonais d'Alma. Un amant ? Oui, mais occasionnel car Alma est particulière.
Une saga qui visite les graves soucis que peuvent vivre les Juifs qui ont pu éviter l'extermination durant la deuxième guerre mondiale et les Japonais vivant aux Etats-Unis à la même période. Sans oublier les difficultés rencontrées par les jeunes face aux interdits de race et de sexualité, enfin les différences de classes sociales.
Isabel Allende dépeint avec beaucoup de tact les états d'âme de ses personnages. On rencontre Alma, l’héroïne, depuis sa tendre enfance jusqu'à son état d'octogénaire, qui fait face à ses angoisses, ses contrariétés, ses moments furtifs de bonheur. Ichimei, son amant japonais, toujours dans l'ombre mais qui a aussi beaucoup souffert. La famille juive Belasco au domaine de Sea Cliff (San Francisco) avec Isaac et Lilyann, les grands-oncles et tante, le petit-fils Seth qui tente la biographie de la famille. La maison de retraite Lark House où se réfugie l'octogénaire Alma ne manque pas non plus d'intérêt : on y découvre Irina et son destin tragique.