De face sur la photo
de Ronit Matalon

critiqué par Pacmann, le 7 juin 2016
(Tamise - 52 ans)


La note:  étoiles
Langueur monotone
Esther, adolescente israélienne, raconte la vie de sa famille durant le troisième quart du 20ème siècle et ce au travers de photos de membres de la diaspora juive francophile répartie dans différents pays d’Afrique.

Les chapitres ne sont pas numérotés et chacun débute par une photographie conservée ou perdue qui fait l’objet de commentaires ou qui est le départ d’une évocation particulière.

Présenté comme un roman, cet ouvrage est davantage une chronique au style travaillé mais cette lecture ne m’a ni envoûté, ni passionné.

Une belle plume d’un auteur ne peut malheureusement pas toujours tout sauver.