Vous n'aurez pas ma haine de Antoine Leiris

Vous n'aurez pas ma haine de Antoine Leiris

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pascale Ew., le 15 février 2017 (Inscrite le 8 septembre 2006, 51 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 6 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 4 étoiles (40 581ème position).
Visites : 819 

Témoignage poignant

Quelques mots jetés sur le papier sans filtre, des impressions livrées à vif sur un rythme sec et saccadé pendant douze jours suite au drame du Bataclan qui vit mourir sa femme. L'auteur "expulse tous ces mots qui habitent dans ma tête. Comme des voisins du dessus qui écoutent la musique trop fort. C'est pour les faire taire que je les tape sur mon clavier, pour qu'ils cessent de se battre et me laissent dormir."
Très très vite lu !!! Et on n'évite pas le mouchoir, même si Antoine Leiris reste pudique et évite les détails morbides...

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • Vous n'aurez pas ma haine [Texte imprimé] Antoine Leiris
    de Leiris, Antoine
    Fayard
    ISBN : 9782213701295 ; EUR 12,90 ; 30/03/2016 ; 144 p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Rien à partager

2 étoiles

Critique de Antihuman (Paris, Inscrit le 5 octobre 2011, 35 ans) - 27 janvier 2018

Ayant été récemment victime d'un accident qui n'a heureusement concerné que moi, j'ai été hospitalisé quelques longues semaines... Le climat aseptisé de là-bas était donc propice à la lecture de livres tendance dont « Vous n'aurez pas ma haine », ce bouquin qui paraît-il vous inondait de larmes dés la première page (vu le thème) !

Hélas cela n'a pas du tout été mon cas et je me suis fort ennuyé à découvrir l’œuvre de ce journaliste de Franceinfo qui a perdu sa femme au Bataclan et qui est justement dépourvue de détails vrais voire réalistes : le tout ressemble à ces hommages funèbres que les gens achètent à Carrefour lorsqu'ils n'ont pas idées à déclamer ou alors, sans doute, quand ils ne connaissent pas vraiment la personne pour laquelle la cérémonie est organisée. Bonjour les couloirs vides.

Il n'y a rien ici qui dépasse, et on se dit une fois de plus avec Oscar Wilde que la brutalité des hommes modernes est décidément sans limite. Etait-on donc forcés d'aimer son ancienne vie « parisenne » avec ses truismes conformes qui s'y rattachent ? Je ne sais pas, mais comme pour en rajouter à son chagrin ; il semble souvent au lecteur que Leiris parle d'anciens souvenirs terriblement verticaux sinon surtout de ces relations bobos branchouilles et- superficielles. Et en général tout le monde aime sa progéniture sans forcément ressentir le besoin de faire goûter sa purée de nouveau-né aux autres comme dans une pub pour le lait Lactel.

C'est triste à dire mais je n'ai ressenti là aucune vérité flagrante mais beaucoup de sentimentalisme. Et dieu sait que je ne suis pas insensible.

Parfois il est bon d'exprimer sa haine et d'être incorrect, désolé Antoine !

Triste à dire

2 étoiles

Critique de Martell (, Inscrit le 27 février 2004, 64 ans) - 18 septembre 2017

Mais ce genre de libre témoignage aussi sincère soit-il, je suis incapable de m'y intéresser.
Sans doute parce que j'ai le sentiment que peu importe les futures tueries du même genre, on ne changera rien pour les empêcher et que c'est à chacun de vivre son deuil, mais sans combattre les causes de tels carnages, ce sera -je crains- toujours à recommencer.

Intense

10 étoiles

Critique de Evaetjean (Arvert, Inscrite le 31 janvier 2005, 38 ans) - 17 septembre 2017

Ce livre m'avait été conseillé, je ne fus pas déçue. Je l'ai ouvert puis refermé 1h30 après... fini. C'est un très beau témoignage d'un homme qui a perdu sa femme et d'un petit bout qui a perdu sa maman dans les attentats du Bataclan. L'écriture est simple, sincère... Les émotions sont là accompagnées de cette espère de torpeur qui nous fait changer d'univers lors d'un décès si brutal. A lire et relire

Forums: Vous n'aurez pas ma haine

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Vous n'aurez pas ma haine".