Le maître des noms
de Josef Ladik

critiqué par Meuhriel, le 7 mai 2016
( - 26 ans)


La note:  étoiles
Un début prometteur
Ce roman m’avait beaucoup intriguée quand je l’avais acheté en bouquinerie. L’intrigue était assez originale ce qui m’avait tout de suite donné envie de m’y plonger. Les premières pages m’ont tout de suite captivée, l’intrigue qui s’installe, la découverte d’un carnet qui va bouleverser l’existence d’Anne Ripley, la narration qui est prise dans le premier chapitre donnent un début tout simplement haletant : je n’ai qu’une seule envie, connaître la suite.

UN ENGOUEMENT VITE ESTOMPÉ

Et puis après le premier chapitre, tout bascule. Bien sûr, dans un thriller, l’histoire se doit de basculer. Mais dans ce cas présent, c’est tout mon engouement pour l’histoire qui bascule : il y a un réel manque d’action. Après un début pareil, je m’attends à ce que tout s’enchaîne, mais au lieu de ça on entre dans la vie monotone du personnage principal, il n’y a aucun rebondissement. Le personnage d’Anne Ripley me sort rapidement par les yeux, alors qu’au départ je me trouvais aussi intriguée qu’elle face à ce carnet mystérieux. Au fil de ma lecture, je n’arrive à aucun moment à m’attacher au personnage, chaque fois illogique dans ses actions, et qui semble oublier qu’elle a la vie de proches entre ses mains. L’angoisse première de savoir sa famille en danger est vite oubliée, Anne change soudainement de comportement sans réelle logique.

DES PERSONNAGES RATÉS

Quant aux autres personnages de l’histoire… Autant dire que l’on se retrouve face à des personnages tous plus stéréotypés les uns que les autres. Sans intérêt pour l’histoire, on entre dans les pensées plus ou moins salaces de chacun, qui veulent tous coucher les uns avec les autres… Je n’y vois là aucune avancée pour l’intrigue ni même pour l’histoire. Là encore les personnages ont des pensées plutôt illogiques, tout comme pour Anne Ripley, cependant il y a une succession logique des événements, le tout se voit bien ficelé.

UNE NARRATION PARASITE

Durant la lecture, j’ai également parfois eu du mal à me repérer entre les différents personnages, au vu des narrations qui changent sans réelles transitions. On entre dans la tête d’un personnage, mais on ne s’en rend compte qu’après plusieurs paragraphes, ce qui parasite un peu la lecture. Enfin, dans la même ‘logique’ que pour les personnages, certaines phrases sortent de nulle part, ce qui est assez énervant. En plus de tout cela – beaucoup de points négatifs je le sais – plusieurs fautes d’orthographe et d’erreurs sur les pronoms qui n’aident pas à entrer dans l’histoire.

DOMMAGE

Une déception donc vous l’aurez compris. Je n’ai eu aucun attachement aux personnages, bien au contraire. Il y avait pourtant du potentiel dès le départ, et la résolution de l’énigme reste intéressante, ce qui me fera sûrement lire la suite. Peut-être que ça rattrapera tout ? Espérons-le !