Love Story à L'Iranienne
de Jane Deuxard (Scénario), Deloupy (Dessin)

critiqué par CHALOT, le 23 avril 2016
( - 69 ans)


La note:  étoiles
Un reportage réaliste en BD
Love story à l'iranienne »
de Jane Deuxard et de Deloupy
Bande dessinée
140 pages
éditions Delcourt /Mirages


Reportage clandestin

Il ne s'agit pas là d'une fiction mais d'un reportage clandestin.
Jane Deuxard, couple de journalistes a rencontré des jeunes iraniens, surtout des jeunes femmes de 20 à 30 ans.
La « révolution » de 1979 a plongé ce grands pays dans la régression....
Les jeunes femmes n'ont pas le droit d'avoir de rapports sexuels avant le mariage.
Certaines expliquent comment elles s'y prennent pour avoir des relations peu « classiques » pour garder leur hymen.
Parfois elles réussissent avec une stratégie mise au point de se marier avec celui qu'elles aiment mais gare aux beaux parents qui peuvent exiger un certificat de virginité !
Parfois elles rêvent de partir très loin, mais elles abandonnent leur projet irréalisable car leur famille paierait le prix d'une telle folie.
Les dessins de Deloupy illustrent l'histoire . On y trouve à la fois la représentation des scènes et à la fois la traduction en images d'une réalité comme cette belle-mère transformée en araignée, voilée, bien entendu.
La résistance s'organise.
Le voile n'étant pas obligatoire en famille, il faut que les jeunes filles imposent leur choix en développant toute une stratégie qui va de : « prenez le comme vous voulez, mais je ne porterai pas le voile ici » au chantage fait au mari.
La sexualité n'est pas libre, sauf pour les mollahs :
« Ils vont à Dubaï ou en Asie pour réaliser tous leurs fantasmes avec des prostituées.
Ici en Iran, ils enchaînent les mariages temporaires »
Le mariage temporaire appelé Sigheh peut durer quelques minutes ou quelques années. Ce sont les mollahs qui l'ont validé et mis en place en 1979.
Les entretiens ont lieu dans toutes les sphères de la société, y compris dans la haute où les hommes peuvent se permettre de contourner la loi islamique.... en cachette, certes mais c'est toléré.
Cette BD nous fait re-découvrir un régime ultra-réactionnaire, moyenâgeux qui est une prison pour les femmes....
Ces jeunes, aujourd'hui n'ont qu'un seul objectif, c'est celui d'aimer, de s'aimer.... Ils font tout pour s'opposer aux traditions et au régime.
Plus personne, ou presque ne pense possible un changement de politique.... Les mollahs sont trop puissants.
Cette vision est un peu désespérante et nous renvoie à la responsabilité de ces apprentis sorciers qui ont soutenu inconditionnellement la pseudo révolution de 1979 .



Jean-François Chalot
On ne badine pas avec l'amour , en Iran 8 étoiles

Dur, dur de s'aimer dans l'Iran actuel, régi par des impératifs religieux,sous la surveillance constante de la police des bassidjis .

En 140 pages , au travers de l'histoire amoureuse de plusieurs groupes de jeunes gens rencontrés par les 2 journalistes français , s'offre à nos yeux d'Occidentaux le tableau d'une société qui obéit à des lois d'un autre temps et reproduit des schémas archaïques qui n'avaient plus cours sous le règne du Shah mais sont réapparus avec les Ayatollahs. Une société dans laquelle, en particulier, la condition de la femme est celle d'un être inférieur soumis à la domination masculine.

Un ouvrage documentaire riche où le dessin donne non seulement à voir la réalité des situations quotidiennes mais révèle aussi l'image intérieure qu'ont ces jeunes gens de la toute puissance du régime que relaie le conformisme de la grande majorité de leurs parents.

Une mine d'infos sur un monde oppressant duquel les jeunes gens amoureux ne peuvent échapper que par mensonges, artifices ou subterfuges, dont ils doivent s'accommoder et dont ils ne peuvent entrevoir la disparition . Les deux journalistes donnent toutefois aussi la parole à des jeunes filles qui finissent par trouver un certain confort dans ce destin de créature soumise et irresponsable qui les attend

Des informations utiles données dans des cartouches sur le sens de certains termes iraniens font de cette BD une découverte indispensable pour qui s’intéresse à l'Iran à l'heure où les liaisons aériennes entre Paris et Téhéran viennent de se rouvrir.

Alma - - - ans - 25 mai 2016