Le musée de l'art
de Lee Beard

critiqué par Colen8, le 21 avril 2016
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Huit siècles d’une sorte de florilège artistique dans la poche
Peintures, fresques, photos, sculptures et reliefs, installations ponctuelles, gravures, céramiques sont rassemblées. Des artistes représentatifs de toutes les époques, de tous les pays, de toutes les écoles et les genres se succèdent par ordre alphabétique créant un effet de surprise sans cesse renouvelé. Une page par artiste pour environ 550 d’entre eux, un regard connaisseur qui la déchiffre et un commentaire didactique sur l’une de leurs œuvres caractéristiques font toute l’originalité de cette mini encyclopédie. L’ensemble au format de poche peut être consulté, feuilleté, lu et relu en tout lieu, à toute heure ou rester sagement comme un livre de chevet sur la table de nuit. Il commence avec l’artiste contemporaine serbe Marina Abramovic qui se met en scène dans une œuvre vivante en 2002 et se termine par le martyre de San Sebaspion, une réalisation du peintre espagnol Franicsco de Zurbaran en 1628. Le bref commentaire aide à comprendre la composition, le style, renvoie à des artistes ou des écoles apparentées. Il invite à la visite guidée de ce musée de poche auquel il ne manque que la vision en vraie grandeur. Un glossaire des mouvements artistiques, un autre des termes techniques, un répertoire des musées et galeries où sont exposées les œuvres n’appartenant pas à des collections particulières constituent une formidable introduction à l’histoire de l’art qui donne envie d’aller plus loin. Tout cela dans une excellente traduction justifie fort heureusement cette seconde édition revue, mise à jour et augmentée dont la première est parue en France en 1994.