Et... Vous jouez encore ? : Mémoires en trois actes
de Jean Piat

critiqué par Colen8, le 18 mars 2016
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Vivre pour jouer, avec bonheur
Interprète exceptionnel sur scène depuis 73 ans, il présente ce livre de souvenirs sous forme de dialogue en trois actes avec François d’Orcival, et nous raconte une bonne partie de la création théâtrale à laquelle il a consacré son talent. La Comédie Française dont il a été longtemps pensionnaire puis sociétaire a été sa première maison. Le succès phénoménal des Rois Maudits à la télévision où il explose littéralement dans le rôle de Robert d’Artois le propulse dans la notoriété au moment où il entreprend une seconde carrière consacrée au théâtre privé, dit de boulevard.
Il parle avec émotion de ses rencontres. Il y a celles de la profession, Sacha Guitry pour l’esprit duquel il a une profonde admiration, Jouvet et son incomparable talent, Béatrice Dussane son professeur d’art dramatique, Françoise Dorin dont il a joué tellement d’œuvres, les troupes anonymes et leur esprit de camaraderie. Il y a celles du public toujours fidèle dans sa diversité. Et il y a celles des célébrités, le roi des Belges et sa délicieuse épouse, la princesse de Monaco accompagnée de Maria Callas. Jean Piat ne dit que du bien de celles et ceux dont il a croisé le chemin sur scène et dans la vie donnant la mesure de sa gentillesse.
Si on l’interroge sur sa longévité et ses succès, avec modestie il cite pêle-mêle, le talent car il en faut, le travail, énormément de travail, la chance qu’il pense avoir été pour lui comme une protection, et le rat au sens de l’année du rat dans le calendrier chinois. On ne lui en voudra pas pour ce rien de superstition qu’il ne cherche nullement à masquer. Enfin il livre un florilège de quelques très beaux textes, dont le monologue de Figaro, l’un des personnages qui selon lui le résumerait mieux que tout autre.