Les enfants de la baleine Vol.1
de Abi Umeda

critiqué par Fanou03, le 14 mars 2016
(* - 42 ans)


La note:  étoiles
Un immense vaisseau de pierre
Contrat rempli pour ce premier tome des Enfants de la Baleine: il nous immerge dans un univers-monde post-apocalyptique intrigant, qu’on imagine peut-être issu d’un désastre écologique (à moins que l'on soit réellement sur une autre planète aux lois physiques différentes), tout en nous plongeant assez rapidement dans l’action, à la fin du premier volume.

C’est à travers la narration du jeune héros, Chakuro, qui est aussi scribe, qu’on découvre en effet progressivement une mystérieuse communauté qui vit, semble-t-il, assez paisiblement sur un immense vaisseau de pierre, "la Baleine de Glaise", glissant, aléatoirement sur une mer de sable infinie qui engloutit quiconque essaie d’y naviguer. Rajoutons à cela que la plupart des habitants détiennent un pouvoir de télékinésie, la "saima". Tout à l'air plutôt calme et doux, mais cela est trompeur. Le fonctionnement de la communauté s’avère opaque, les habitants détenteurs de la "saima" meurent jeunes: d’emblée on sent une inquiétude qui plane...

Le dessin de l’auteur est d’une grande finesse, presque gracile, et vient renforcer l’ambiance onirique qui empreint le récit. La silhouette de "la Baleine de Glaise" est quant à elle tout à fait saisissante, et m’a d’autant plus fait regretter le traditionnel (petit) format des mangas, qui ne rend pas toujours justice dans ce cas au beau travail graphique de l'auteur.