Une histoire de serres : De l'orangerie au palais de cristal
de Yves-Marie Allain

critiqué par Fanou03, le 11 mars 2016
(* - 42 ans)


La note:  étoiles
Les palais de verre
Yves-Marie Allain propose dans cet ouvrage érudit une synthèse sur l’évolution des serres, des années 1600 à nos jours. L’auteur distingue dans son propos trois époques marquantes, caractérisées par des techniques qui ne cesseront de s’améliorer et de s’affiner au cours du temps.

La période qui va de 1600 à 1820 environ voit le développement des orangeraies et des toutes premières serres au sens moderne du terme. La réflexion des concepteurs se concentre alors essentiellement sur l’optimisation de l’énergie solaire. Le chauffage est quant à lui encore mal maîtrisé, l’utilisation de tan fermenté (écorce de chêne et de châtaignier utilisée pour le travail des peaux) étant un des principaux modes de chauffage.

À partir des années 1820, de très importants progrès sont réalisés sur tous les plans: mise au point du chauffage par thermosiphon, utilisation des profilés métalliques, amélioration de la production de verre, meilleure compréhension de la physiologie des plantes. Débarrassés des principales contraintes techniques, les architectes peuvent donner libre cours à leur art: la deuxième moitié du XIXe et le début du XXe est ainsi l’âge d’or des serres, de la plus ostentatoire comme le Crystal Palace en Angleterre (aujourd’hui disparu) jusqu’aux imposantes serres royales de Laeken à Bruxelles.

Je voudrais faire tout d’abord part d’une déception que m'a procuré cette histoire des serres: le livre est très riche en illustrations, mais celles-ci s’avèrent être essentiellement des reproductions de gravures ou de plans d’époque. Les photographies sont absentes, ou presque, ce qui je l’avoue m’a frustré, concernant un sujet potentiellement très visuel, même si je comprends le parti-pris iconographique de l’auteur.

L’ouvrage de Yves-Marie Allain, qui traite essentiellement l’aspect technique de l’histoire des serres (serres d'agréments surtout), est précis et extrêmement bien documenté, s’appuyant sur de nombreux ouvrages ou archives des périodes étudiées. Mon deuxième regret est cependant que la période contemporaine de l’histoire des serres semble avoir été escamotée dans un bien trop court chapitre à mon goût, mais c’était là aussi sans doute une volonté consciente de l'auteur d’arrêter son histoire aux années 1900, comme le laisse entendre d'ailleurs sans ambiguïté le sous-titre de l'ouvrage.