Babylon babies
de Maurice G. Dantec

critiqué par Isegrin, le 27 février 2004
( - 39 ans)


La note:  étoiles
Impressionnant
L'histoire se déroule dans un futur proche (2013). C'est un aventurier/soldat qui a roulé sa bosse dans beaucoup de conflits armés. Par "hasard", un officier russe corrompu lui demande d'escorter pendant un temp indéterminé une mystérieuse jeune femme jusqu'au Québec. Là, les rebondissements ne font que commencer...
Ce livre est étonnant. Il brasse des sujets aussi divers que passionnants comme le chamanisme, l'art de la guerre,la schizophrénie,...
Bien qu'il y ait un grand nombre de personnages, l'histoire est d'une limpidité incroyable.
Bref, un livre à lire
Phase 1, critique très provisoire 2 étoiles

Commencé la lecture aujourd'hui, je n'en suis même pas à la page 100. Critique non définitive, donc.
Mais il n'y aura de critique définitive qu'à une condition: c'est que le style insupportable ne me le fasse pas tomber des mains. Afféterie d'un nouveau genre, cette écriture qui veut faire moderne est horripilante. À chaque paragraphe on sent le "truc", quasiment toujours le même, non dénué d'amphigouri scientoïde (oui, le style de Dantec déteint sur le mien). Orthographe et accords du participe très moyens.
Il faudra que le récit devienne rapidement assez fort pour l'emporter sur l'agacement, sinon ce bouquin ira au cimetière des inlus.

Objectufnil - - 69 ans - 2 octobre 2012


Maëlstrom d'anticipation 8 étoiles

Toorop, soldat de fortune et ex-mercenaire en Bosnie et au Kazakhstan, est chargé de convoyer d’Asie Centrale jusqu’au Canada Marie Zorn, une jeune schizophrène semi-amnésique porteuse d’une arme biologique révolutionnaire pour le compte d’un officier corrompu des services secrets russes qui lui-même travaille pour la mafia sibérienne. Réussira-t-il sa mission au milieu de sectes post-millénaristes, de scientifiques apprentis sorciers et de gangs de bikers déjantés qui se livrent à des guerres sans merci à coup de lance-roquettes ?
Le livre culte de Maurice G. Dantec nous entraîne dans une sorte de maelström d’anticipation où tous les grands thèmes sont abordés sur des bases plus ou moins scientifiques : le clonage, l’immortalité, l’intelligence artificielle, l’influence des drogues hallucinogènes, le phénomène sectaire, la transmission de pensée et la télépathie par le biais de machines devenues intelligentes. On l’aura compris, ce livre relève de la pure science-fiction. On se demande d’ailleurs pourquoi il est référencé comme « policier » par Gallimard… Malgré un aspect général brouillon et foisonnant, des personnages venus de nulle part qui apparaissent puis disparaissent et des évènements qui se produisent sans crier gare, l’auteur arrive à ménager un véritable suspense et à maintenir en alerte l’attention du lecteur

CC.RIDER - - 61 ans - 10 octobre 2008


Du polar futuriste ! 10 étoiles

Lire Maurice G. Dantec est toujours un grand moment d'émotion, mais avec cet ouvrage l'auteur s'est surpassé. C'est un livre exceptionnel digne du précédent, où l'on plonge dans un univers futuriste, avec une intrigue à couper le souffle et des rebondissements extraordinaires. La science-fiction, le polar, l'humour... tous les styles sont dans ce roman qui peut déranger certaines personnes, mais je pense qu'avec une relecture attentive ils finiront par comprendre le style "Dantec".

Laurent63 - AMBERT - 45 ans - 25 août 2005


Pas si original. 1 étoiles

En lisant ce livre, on a vraiment l'impression que le monde est sur le point de sombrer dans la violence. Les méchants sont toujours les mêmes : les mafias, les sectes, les terroristes. Le héros Rambo a un goût de déjà vu. Ne parlons pas de la situation géopolitique : dans la réalité, il faudrait une sacrée crise du pouvoir pour que la Chine éclate. Je ne vois pas non plus les Canadiens laxistes au point de laisser des milices s'armer de la sorte.
Enfin, les surhumains destinés à remplacer l'espèce humaine, ce n'est pas une nouveauté dans la SF.
Autre chose : le serpent- chaîne d'ADN, l'idée est de Pierre Bordage.

Rat noir - - 35 ans - 18 août 2004


Chef-d'oeuvre 10 étoiles

Il s'agit d'un livre brillant. Et ce, pour plusieurs raisons.
Tout d'abord l'histoire qui vous tient en haleine du début jusqu’à la fin. Le style de Dantec y est pour beaucoup. Le récit de la bataille de Montréal est splendide, l'action en Russie se suit avec beaucoup d’intérêt et les considérations géopolitiques au passage sont très intéressantes.
Et puis ce recit est entrecoupé de considérations méta-physiques, déjà entamées dans Les Racines du Mal mais qui n'atteignent pas le récit (indigeste pour certains) de son Journal Métaphysique. Ici, elles s’intègrent très bien au récit et ne sont pas trop longues, ce qui permet au récit de ne pas trop se perdre. Les idées avancées ici par l'auteur sont originales (j'ai bien aimé le Christ et le Champignon) et captivantes.
Enfin, on retrouve certains des personnages de ses ouvrages précédents, ce qui rajoute au plaisir car on a l'impression de retrouver de vieux amis.
Franchement, les trois premiers romans de Dantec (je n'ai pas encore abordé le dernier, je laisse l'envie monter) sont des romans contemporains à lire absolument. Ne boudez pas votre plaisir!

Benoit - Rouen - 38 ans - 1 juin 2004