Mahomet - Le lecteur divin
de Olivier Hanne

critiqué par Colen8, le 1 mars 2016
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Une proximité initiale entre les religions du Livre qui sombre dans la violence
Cette synthèse biographique destinée au grand public résulte de travaux historiques et universitaires. A sa lecture on réalise la proximité des trois monothéismes, à la fois géographique, ethnique, linguistique, et de pensée. La Palestine est la fenêtre de l’Arabie sur la Méditerranée, la destruction du Temple de Jérusalem en 70 a dispersé les populations juives en Arabie, en Abyssinie et dans le pourtour méditerranéen. Les échanges entre ces territoires font vivre les caravanes des marchands qui les parcourent en tous sens. Plus tard le christianisme adopté par l’empire romain s’est perpétué dans l’empire byzantin jusqu’en Syrie sous diverses formes, y compris dans les sectes hérétiques des nestoriens, des nazaréens, des monophysites. Or les sourates révélées oralement à Mahomet par l’ange Gabriel n’ont été fixées par écrit dans ce qui deviendra le Coran qu’après la disparition du Prophète. Ces transcriptions et leur interprétation ayant été faites en partie par des syriens d’obédience juive ou chrétienne, de langue syriaque proche de l’araméen, pourraient renforcer l’impression de syncrétisme à l’origine de cette foi.
Se proclamant héritier des prophètes Abraham, Moïse et Jésus, Mahomet déclare que sa foi étant la plus pure est destinée à se substituer aux leurs. Contraint par les persécutions à émigrer à Médine (c’est l’Hégire), non seulement il se heurte aux tribus les plus puissantes de la Mecque, mais il se met en rupture avec leurs traditions ancestrales. L’accueil de Médine, vaste oasis peuplée de tribus juives et arabes laisse néanmoins Mahomet et les siens sans ressources ni protections. La confiance qu’il leur inspire au début cède la place à des opposants qu’il n’arrive pas à convaincre. Eloigné du mysticisme et de la prédication des premières années, Mahomet justifie par la volonté d’Allah les exactions contre les non convertis, les violences et les razzias contre les caravanes, l’expulsion des juifs allant parfois jusqu’au massacre. Les guerres de conquête prennent le relais, car il n’a de cesse de revenir pour s’imposer en vainqueur à la Mecque dont il fera le lieu saint de l’islam.