Cambodge
de Alain Dubos, François Poche (Dessin)

critiqué par Tistou, le 21 janvier 2016
( - 61 ans)


La note:  étoiles
Impressions
Cambodge - Impressions s’intitule précisément cet ouvrage de photos de François Poche enserrées dans des textes d’Alain Dubos. Leur intention ? Ils l’expriment en préambule :

« La question était : comment aborder ce pays meurtri, pourtant capable de violence derrière des allures calmes, parfois sereines, volontiers lascives ? Comment éviter de passer à côté des choses importantes ? Ne rien manquer ! Une gageure. Nous avons choisi ce qu’on pourrait appeler l’errance en état d’alerte, une façon de se laisser guider par la route sans idée préconçue ni itinéraire balisé. »

Il n’y a donc pas de chapitres bien définis mais bien plutôt un enchaînement de thématiques au fil des pages et des superbes photos d’un pays manifestement photogénique.
Depuis la route vers les horizons, les paysages, puis ses habitants, leur habitat. Et puis l’eau bien sûr, grand vecteur de communications et d’activités ; le Mékong, Ton Le Sap, lac immense au centre du pays décrit comme « une épaisse mer grise ». Cultures, pêche, navigation …
L’aspect urbain, Phnom Penh bien sûr. Les enfants, omniprésents au milieu d’une population dont toute une classe d’âge a disparu suite à l’intermède inconcevable des Khmers Rouges. La forêt, la nature, tropicale, étouffante (du côté du Mondulkiri ou Ratanakiri) ou généreuse avec ses plantations d’hévéas, ses rizières, son bois.
A la différence de ses voisins Vietnam et Laos, peu de minorités ethniques :

« Quand les montagnards du Laos et du Vietnam se frottent sans trop de complexes aux sociétés qui les entourent, ceux-là glissent telles des ombres entre néant et modernité. Ils vont, mystérieux et indifférents, inutiles peut-être bien. »

Une mise en perspective bienveillante mais sans complaisance d’un peuple et d’un pays qui doit rebondir après le grand traumatisme récent. Des textes intelligents qui servent des photos qui font rêver, qui nous rappellent qu’hors de la vieille Europe existent encore des contrées où beaucoup de choses restent à jouer …