Kriss de Valnor - tome 3 - Digne d'une reine
de Yves Sente (Scénario), Giulio De Vita (Dessin)

critiqué par Vince92, le 21 octobre 2019
(Zürich - 42 ans)


La note:  étoiles
Les affaires reprennent
Dans ce troisième tome de la série Kris de Valnor, Yves Sente transporte l’ennemie la plus farouche de Thorgal en Midgard, chez les vivants, après la sentence des Walkyries qui la condamne à accomplir une action digne d’une reine. C’est dans les bras de la blonde Hildebrün que Kriss se réveille, elle a recueilli la guerrière alors que celle-ci était mourante : les deux amazones décident alors de lier leurs destins par intérêt mais aussi par amour : l’occasion de voir figurer des scènes érotiques très suggestives… Hildebrün est la fille du Roi Guustavson, chef des Viking du Nord-Levant. Ce dernier doit tous les ans à une date fixe se présenter devant ses sujets muni d’un bâton de commandement qu’il fait garder tout au long de l’année dans une île de son royaume. Or, ses envoyés qu’il a chargés de quérir l’objet symbolique ne reviennent pas de leur mission et Hildebrün part en compagnie de Kriss à leur rencontre, mais elles vont devoir déjouer les embûches liées à leur …le Royaume du Nord-Levant est l’objet des convoitises du Roi-Guérisseur qui se rêve comme le roi unificateur de tous les royaumes vikings, l’Empereur Magnus du Sud qui a l’intention d’imposer la religion du Dieu unique aux païens du nord et d’Althar, le fils du présent roi, ambitieux et avide de pouvoir au point de chercher la perte de son père.

J’ai beaucoup apprécié cet album qui montre Kriss de Valnor reprendre pied dans l’accomplissement de son destin exceptionnel. Peu à peu, sous l’influence du personnage d’Hildebrün qui promettait d’être son égale, Kriss révèle sa force de caractère et lorsque son amour meurt sous les assauts des sbires d’Althar en la défendant, Kriss se libère totalement et rebat les cartes dans la lutte pour le Royaume du Nord-Levant, démontrant une fois de plus sa volonté et son énergie hors-norme. Kriss est l’un des personnages féminins les plus emblématiques de la bande dessinée franco-belge, née sous la plume de Jean Van Hamme et qu’Yves Sente parvient à faire prospérer dans cette série parallèle de façon tout à fait satisfaisante. Je ne suis pas un inconditionnel du dessin de De Vita, dont le trait n’est parfois pas assez précis à mon goût mais il parvient à établir le lien et une certaine homogénéité avec celui de Rosinski, dessinateur attitré de la série mère jusqu’à une date récente. Encore un très bon album donc, les attentes n’étaient pas très élevées le concernant et je dois dire que je suis très agréablement surpris.