Lune et l'autre
de Olivier Bocquet (Scénario), Gabriel Germain (Scénario et dessin)

critiqué par Pucksimberg, le 8 décembre 2015
(Toulon - 37 ans)


La note:  étoiles
Une prostituée en cavale
Risa est une prostituée qui vient de tuer son maquereau violent. Elle s'enfuit, prend le premier moyen de transport pour partir le plus loin possible. Dans le bus, se cachait une enfant qu'elle va prendre sous son aile et qui a perdu sa mère. Avant de prendre le bus, elle est bousculée par un passant et laisse tomber des documents qui permettront à ce dernier de retrouver sa trace ...

Les dessins rappellent ceux des mangas et manquent quelque peu de caractère. Les illustrations ressemblent à tous ces dessins japonais que l'on a vus des centaines de fois. L'histoire repose sur un scénario assez convenu, assez peu surprenant malgré l'intrusion du fantastique. En effet, Risa semble s'être dédoublée. Une moitié est restée dans le Love Hotel où le crime a été commis, l'autre se trouve avec cette enfant. Elle semble se dédoubler, se matérialiser à un endroit pour se dématérialiser dans un autre ... Cela reste l'élément original de cette histoire avec quelques autres allusions surnaturelles comme cette histoire avec le lapin. Certaines pages n'apportent pas grand-chose à l'histoire comme ce retour en arrière qui explique comment le vieil a trouvé la maison. Quel est son intérêt ?
Le fin ne surprend pas le lecteur.

En fait en lisant cette bande dessinée, j'ai eu l'impression de retrouver des scènes familières, du déjà-vu. Le choix de la prostituée comme héroïne et son dédoublement restent les points originaux de cette bande dessinée qui plaira aux amoureux d'histoires japonaises.