City Hall, tome 1 de Rémi Guerin (Scénario), Guillaume Lapeyre (Dessin)

Catégorie(s) : Bande dessinée => Manga , Bande dessinée => Aventures, policiers et thrillers , Bande dessinée => Sci-fi & fantastique

Critiqué par Koolasuchus, le 20 novembre 2015 (Laon, Inscrit le 10 décembre 2011, 28 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 596 

Elémentaire, mon cher Verne

Dans un Londres au style rétro-futuriste, en 1902, le ministre des finances vient d'être assassiné par l'arme la plus redoutable qui soit dans ce monde, le papier. En effet à partir du début du XVIIIème siècle, sans que l'on ne sache pourquoi, tout ce qui est écrit sur du papier prend vie. Ce pouvoir fut tellement puissant et causa tellement de morts que le papier ainsi que l'écriture manuscrite furent interdits, remplacés par des livres numériques. Afin de démasquer l'assassin le maire de Londres, Malcolm Little, décide de faire appel à un écrivain de génie : Jules Verne, accompagné de son acolyte, Arthur Conan Doyle !

Réalisée par deux français cette bande dessinée emprunte pourtant aux codes du manga, petit format en noir et blanc ainsi qu'un nombre de page assez important, si ce n'est le sens de lecture, qui lui, reste occidental. Ceux que les anachronismes rebutent pourront passer leur chemin car nous somme dans un monde avec une technologie assez avancée pour l'époque et dans lequel les auteurs n'ont pas hésité à intégrer des personnages historiques qui, en 1902, était soient mort, soient plus vieux, soient beaucoup plus jeunes ce qui peut plaire ou non mais j'ai trouvé cela assez amusant. L'histoire a un rythme assez rapide, les bases sont très vite posée et on est embarqué dans une aventure à cent à l'heure mais l'univers est vraiment très creusé tandis que l'idée de départ est fort originale. Le trio composé de Jules Verne, Arthur Conan Doyle ainsi que de leur garde du corps, Amelia Earhart est très drôle et leur réparties sont assez savoureuses car comme la vraie, Amelia n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pied. Cette profusion de personnalités donne un petit côté « Ligue des gentleman extraordinaires » mais cette fois-ci avec des personnes ayant réellement existé !

J'ai également beaucoup apprécié le dessin. Le côté steampunk est vraiment sympathique et comporte beaucoup de détails, ce qui, par contre, peut faire un peu fouillis parfois et nuit un petit peu à la lisibilité de l'action, même si cela est compensé par la qualité de l'image avec de très belles pages. Ce premier tome est donc une très bonne mise en bouche avec des personnages charismatiques, un monde intrigant et une histoire qui donne vraiment envie de découvrir la suite car de nombreuses questions restent en suspens à la fin du volume. Une très belle découverte !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

  City hall
  • City Hall, tome 1

Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: City Hall, tome 1

Il n'y a pas encore de discussion autour de "City Hall, tome 1".