Vietnam : Au pays des mille sourires
de Frédéric Soreau

critiqué par Tistou, le 2 novembre 2015
( - 61 ans)


La note:  étoiles
Au pays des mille sourires
« Vietnam, Au pays des mille sourires », un peu téléphoné le titre. Le titre, pas l’ouvrage. Frédéric Soreau, reporter photographe, s’est chargé des photographies ainsi que des textes. Conçu de manière classique ; de grands chapitres donnant la part belle à des photos pleine page qui suivent deux, trois pages de texte.
Après l’introduction qui donne un premier coup de projecteur sur le Vietnam, de manière factuelle, « l’Histoire » puis « Hanoï et la baie de Ha Long », « la région du Haut Tonkin et les minorités ethniques », « Trésors d’architecture », « le littoral » et « Ho Chi Minh Ville et la région du Delta du Mékong » sont alors passés en revue.
On peut comprendre qu’un photographe s’attache à réaliser un tel ouvrage au Vietnam ; un véritable paradis du photographe tant la diversité des paysages et le bon accueil des Vietnamiens donnent l’inspiration. Les photos sont par ailleurs bien diversifiées et ne cherchent pas un aspect sensationnel (à vrai dire pas besoin de cela là – bas). C’est la réalité du quotidien, c’est la réalité d’une nature qui a survécu à tant de guerres récentes et c’est bien suffisant.

« Le Vietnam est certainement l’un des plus beaux et des plus authentiques de toute l’Asie. Mais au-delà de la beauté des sites et des paysages, le Vietnam ne serait pas le Vietnam sans les Vietnamiens. Se rendre au Vietnam, c’est aller à la rencontre d’un peuple ou plutôt de peuples car il y a, comme nous l’avons vu, 53 minorités ethniques. Peu de pays rassemblent sur un espace aussi réduit une mosaïque ethnolinguistique aussi riche. La qualité de l’accueil, le sens du contact humain, la gentillesse des Vietnamiens font d’un voyage au Vietnam une réflexion sur la vie, un voyage à travers soi et avec les autres. Ce pays attachant ne vous laissera pas indifférent. »

De fait, les photographies de Frédéric Soreau permettent au moins d’appréhender l’aspect « paysages » du Vietnam. Quelque chose qui est plus difficile avec d’autres pays moins spectaculaires, plus intimistes, je pense au Laos par exemple. Vietnam et Inde a contrario sont deux pays qui se prêtent admirablement à ce type d’exercice. Un exercice parfaitement réalisé par Frédéric Soreau.