Il était une ville
de Thomas B. Reverdy

critiqué par Tanneguy, le 28 octobre 2015
(Paris - 78 ans)


La note:  étoiles
Detroit, ville morte ?
Capitale mondiale de l'automobile il n'y a pas si longtemps, Detroit se meurt, minée par la concurrence féroce des pays asiatiques, et bien sûr la montée des prix du pétrole. La crise des "subprime" n'arrange pas les choses. Elle devient progressivement une ville "doughtnut" comme le dit joliment un des personnages de ce roman : pauvre et vide au centre, riche en périphérie (en France c'est le contraire, remarque ce même personnage...).

C'est dans ce contexte que se situe ce roman qui met en scène, dans le désordre, un jeune ingénieur français plus ou moins abandonné par son employeur, une serveuse de bar, ancienne stripteaseuse ( et plus?), une bande de gamins fascinés par les excès de leurs aînés, un policier noir proche de la retraite submergé par les dossiers et à peine scandalisé par les affaires de corruption qui concernent ses patrons.

La vedette de l'histoire c'est la ville elle-même et il faut remercier T. Reverdy de l'avoir mise en scène, ce n'est guère connu en France. J'y ai été personnellement sensible, ayant moi-même vécu une expérience proche de celle d'Eugène juste après les émeutes de 1967. Le centre de Detroit se vidait déjà, les banlieues, type Grosse-Pointe, se barricadaient et on ne baissait pas sa vitre en traversant le nomansland...

Le style du récit n'est pourtant pas à la hauteur, mièvre (l'éditeur le qualifie de poétique...) et banal, n'hésitant pas à évoquer les bons vieux clichés, riches-pauvres ou blancs-noirs ou encore patrons-employés.

J'ai quand même passé un bon moment de lecture.
Une ville qui se meurt 8 étoiles

Ecrit avec perspicacité et réalisme, ce roman plonge en outre dans le cynisme qui sied aux situations socio-économiques d’un monde en voie de perdition : la crise des subprimes de 2008 et une mondialisation à outrance contribuent à désertifier de grandes villes industrielles au passé pourtant glorieux. Detroit, l’une d’entre elles, ex-capitale du géant américain de l’automobile se meurt.

Son agonie fait l’objet de ce roman qui met en scène des protagonistes aussi divers qu’un cadre supérieur engagé depuis l’Europe pour donner un nouveau souffle aux usines Ford, un policier qui a une conscience, des gamins désœuvrés dérapant dans la délinquance, ou une barmaid qui s’interroge sur son avenir …

Detroit, c’est sans doute l’histoire de toutes ces villes confrontées aux mutations économiques : au siècle dernier, la campagne se vidait au profit des villes, aujourd’hui, nombre d’entre elles se dessèchent selon un mécanisme que Thomas Reverdy décrit ici parfaitement : (citation) La théorie, c’est que si vous savez faire quelque chose mieux que votre voisin, et qu’il sait faire autre chose mieux que vous, vous avez intérêt à échanger, à faire du commerce. Mais en réalité, c’est que si votre voisin a des salaires quatre ou six ou vingt fois inférieurs aux vôtres, même ce que vous savez faire de mieux vous avez intérêt à le produire chez lui. La main invisible qui équilibrait les marchés a glissé dans la flaque d’huile de la mondialisation, voilà ce qui s’est produit. (fin de citation)

Un bon roman, aussi instructif qu’incisif …

Ori - Kraainem - 81 ans - 8 novembre 2017


Il était une ville où l'espoir meurt en dernier 9 étoiles

Lorsque Eugène arrive à Detroit, le jeune ingénieur automobile pense qu’après une première expérience malheureuse d’expat en Chine, il va pouvoir rebondir. On lui a en effet confié la préparation d’un projet de voiture multi-plateforme, censé relancer les affaires de l’entreprise moribonde. Ce jeune «J3C», dans le jargon on appelle ainsi un Jeune Cadre à Carrière Courte, va en effet pouvoir s’investir à fond dans cette coopération entre les usines du groupe, car Detroit n’est pas vraiment très attirante.
Entre l‘aéroport et la ville, des kilomètres carrés de parcelles identiques. On est bien loin des années 60 quand les Who venaient donner leur premier concert ici. Après avoir franchi Downtown, au bord de la rivière, il poursuit sa route en direction des lacs et du Canada, découvre «les énormes cylindres de verre du Renaissance Center, le cœur de l’Entreprise, le siège mondial géant du géant mondial de l’automobile» et comprend que sa mission sera loin d’être une sinécure.
« On dirait que les choses s’emballent. Que toute la ville fout le camp et le maire avec. Les enquêtes et les démissions s’enchaînent, il paraît que même le FBI est sur le coup.» Lehman Brothers a fait faillite, le maire a été contraint à la démission face aux 38 charges d’accusation retenues contre lui. C’est le début de la fin, car « le pire est toujours au-delà de nos attentes.»
Le pire pourrait être illustré par l’histoire de Charlie, que Thomas B. Reverdy a eu la bonne idée de retracer en parallèle à celle d’Eugène. Elevé par sa grand-mère, le garçon à peine adolescent, retrouve des amis qui passent leur temps à errer dans les rues délaissées, les habitations vandalisées, les quartiers fantômes où se développent toutes sortes de trafics.
Un jour, il décide de prendre son baluchon et de les suivre dans une virée qui les mènera au cœur de la zone, dans une ancienne école devenue le refuge de tous les jeunes sans avenir. Sans doute que leurs noms figurent sur les dossiers retrouvés éparpillés dans les locaux du Precinct 13 qui avait fermé pendant l’été et qui s’occupait plus particulièrement de délinquance juvénile. A l’image de Brown, le policier qui essaie tout de même de faire son possible, Eugène essaie de survivre à la catastrophe qui, de jour en jour, prend plus d’ampleur. «Comme dans toutes les crises de système, il devenait impossible de prévoir jusqu’où pouvait s’effondrer Detroit. »
Il va trouver un peu de réconfort au Dive Inn où il a pris l’habitude de prendre un verre le soir parce qu’il peu y retrouver la serveuse, Candice. «La fille au rire brillant et rouge était sa principale raison de revenir.»
Entre le récit factuel et le reportage, sans ajouter du pathos quand les faits parlent d’eux-mêmes, l’auteur nous donne à vivre ce que des centaines d’articles économiques et d’analyses sur la désindustrialisation et les ravages de la mondialisation ne peuvent montrer. Derrière les chiffres, il y a de la chair, du sang et des larmes.
Pour finir 2015, j’ai choisi de vous parler de ce roman, parce qu’il me semble être le plus emblématique de l’époque et plus particulièrement d’une année qui ne restera sans doute pas dans les mémoires comme la plus joyeuse du XXIe siècle.
Mais aussi et surtout parce que l’histoire de Charlie et celle d’Eugène ne sont pas terminées. Parce qu’ils n’entendent pas être sacrifiés, malgré les oracles, parce qu’ils savent que demain est un autre jour.
A tous ceux qui me suivent occasionnellement ou plus régulièrement, je souhaite une très belle année 2016 !

Hcdahlem - - 58 ans - 31 décembre 2015