Opération massacre
de Rodolfo Walsh

critiqué par Lectio, le 5 octobre 2015
( - 68 ans)


La note:  étoiles
Sombre Argentine
Philosophe de formation, Rodolfo WALSH consacre sa carrière au journalisme. Péroniste il mène une enquête approfondie sur cette période du début juin 1956 lorsque les généraux TANCO et VALLE se soulèvent contre le gouvernement qui destitua PERON en 1955. Dans l'illégalité totale l'insurrection fut étouffée. L'investigation du journaliste porte sur l'assassinat d'un groupe de civils fusillés dans une décharge publique. Quasiment passée sous silence et oubliée R.WALSH apprend qu'il y eut quelques rescapés à cette mise à mort. Il entreprend de les retrouver et de reconstituer cette folle nuit d'arrestations arbitraires, de tortures et d'exécutions bien avant la promulgation de la loi martiale, d'où le terme d'assassinat. Ce livre est le résultat de cette minutieuse et compliquée enquête forçant la loi du silence. Le journaliste inaugure cette nouvelle forme littéraire qualifiée de "new journalism" dont entre autres s'emparera Truman Capote démontrant que l'investigation cohabite bien avec l'art littéraire. Rodolfo Walsh restera un journaliste militant. A la fin du livre, outre les introductions et épilogues des éditions précédentes et remaniées, figure une lettre ouverte à la junte militaire. On y lit entre autre ceci : "Privatiser les banques, c'est mettre l'épargne et le crédit national entre les mains des banques étrangères, indemniser ITT et SIEMENS, c'est récompenser des entreprises qui ont escroqué l'Etat, céder les distributeurs d'essence, c'est accroître les gains de Shell et d'Esso, diminuer les impôts douaniers, c'est créer des emplois à Hong Kong et à Singapour et du chômage en Argentine..." La fille de l'écrivain-journaliste est tuée en 1976 à l'âge de 26 ans pour cause de militantisme. Rodolfo Walsh le 25 mars 1977 est tué par les agents de la dictature, soit le lendemain de la parution de sa lettre ouverte. Son corps ne fut jamais retrouvé.